Un exchange crypto russe ciblé par les sanctions américaines alors que la banque centrale craint le remplacement du rouble par les cryptomonnaies

Un exchange crypto russe ciblé par les sanctions américaines alors que la banque centrale craint le remplacement du rouble par les cryptomonnaies

Les États-Unis ont frappé l’exchange crypto Garantex avec des sanctions, affirmant que celui-ci a « délibérément ignoré » les obligations de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme (anti-money laundering / AML, countering the financing of terrorism / CFT) et « permis » à ses « systèmes d’être utilisés par des acteurs illicites. » Un effort conjoint entre Washington et Berlin a également permis de fermer des serveurs darkweb en Allemagne. De son côté, la Banque centrale russe se dit toujours opposée à l’adoption des cryptomonnaies.

Source: Adobe/Parilov

Dans un communiqué officiel, l’Office of Foreign Assets Control (OFAC) du département américain du Trésor a écrit que l’analyse des « transactions connues de Garantex montre que plus de 100 millions de dollars de transactions sont associés à des acteurs illicites et aux marchés du darknet. »

L’exchange a précédemment travaillé avec l’oligarque russe Alexander Lebedev, et était jusqu’à récemment enregistré auprès du régulateur estonien.

Cependant, l’OFAC a noté :

« En février 2022, Garantex a perdu sa licence pour fournir des services de monnaie virtuelle après que la supervision par l’unité de renseignement financier de l’Estonie a révélé des lacunes critiques en matière d’ AML/CFT et a découvert des liens entre Garantex et des portefeuilles utilisés pour des activités criminelles. »

Ce chiffre, selon l’OFAC, comprenait « près de 6 millions de dollars » provenant du « gang Conti« , un ransomware russe.

Il inclut également « environ 2,6 millions de dollars US provenant de Hydra Market, le plus important marché darknet du monde selon le communiqué, qui a fait l’objet d’une opération conjointe impliquant également les autorités allemandes.

L’OFAC a écrit que la police criminelle fédérale allemande avait « fermé des serveurs Hydra en Allemagne et saisi des bitcoins (BTC) d’une valeur de 25 millions de dollars ».

Hydra a également fait l’objet de sanctions.

La secrétaire au Trésor Janet Yellen a été citée comme déclarant :

« Nos actions envoient aujourd’hui un message aux criminels : vous ne pouvez pas vous cacher sur le darknet ou leurs forums, et vous ne pouvez pas vous cacher en Russie ou ailleurs dans le monde. En coordination avec nos alliés et partenaires, comme l’Allemagne et l’Estonie, nous continuerons à perturber ces réseaux. »

Pendant ce temps, sur Twitter, le secrétaire d’État Anthony Blinken a écrit que les États-Unis avaient sanctionné le plus grand marché darknet du monde pour les russes et que cette mesure « démontre notre engagement à continuer de perturber les infrastructures et les acteurs du ransomware. »

Selon les données de CoinPaprika, Garantex a un volume déclaré de 24 heures d’un peu plus de 11 millions de dollars. Bien que son siège officiel soit officiellement répertorié comme étant l’Estonie, l’entreprise est connue pour avoir un certain nombre de bureaux en Russie. Elle propose des paires de trading en roubles et en hryvnias.

Pendant ce temps, la Banque centrale refuse toujours de changer sa position sur l’adoption des cryptomonnaies. Depuis le début de l’année, les appels à Moscou pour légaliser les cryptomonnaies et l’octroi des droits commerciaux aux mineurs industriels se font de plus en plus pressants – et se sont intensifiés en raison de la guerre en Ukraine.

Un large consensus de personnalités politiques soutient la réglementation du secteur, mais la banque maintient son discours sur l’interdiction du trading et du minage de cryptomonnaies.

Selon RIA Novosti, la banque reste sur ses positions, malgré une contestation directe du député du parti Russie Unie, Anton Gorelkin. Ce dernier est également le vice-président du Comité de la politique d’information de la Douma.

Le média cite la première vice-gouverneure de la banque centrale, Ksenia Yudaeva, qui a répondu au député qu’une « acquisition massive de cryptomonnaies par les citoyens » conduirait inévitablement à « leur utilisation comme moyen de paiement ».

Yudaeva a expliqué :

« Dans ce cas, le rouble – en tant qu’unité monétaire de la Fédération de Russie – sera remplacé par des cryptomonnaies. Le marché noir va se développer, et les recettes fiscales vont diminuer. La stabilité du secteur financier s’en trouvera réduite. »

Elle a ajouté que chercher à adopter les cryptomonnaies « dans le système financier » entraînerait « la création d’un système financier parallèle qui n’obéit pas aux règles s’appliquant aux organisations financières en Russie. »

Gorelkin avait écrit à la banque après la dernière série de réunions du groupe de travail sur la crypto – un groupe conjoint du gouvernement, de la Banque centrale et du secteur privé. Le mois dernier, le député a affirmé que 12% des Russes avaient une expérience avec des « transactions » crypto sous une forme ou une autre.

Suivez nos liens d’affiliés:

Pour acheter des cryptomonnaies en Zone SEPA, Europe et citoyens français, visitez CoinhousePour acheter des cryptomonnaies au Canada, visitez BitbuyPour générer des intérêts grâce à vos bitcoins, allez sur le site de BlockFiPour sécuriser ou stocker vos cryptomonnaies, procurez-vous les portefeuilles Ledger ou TrezorPour transiger vos cryptos de façon anonyme, installez l’application NordVPN

Pour investir dans le minage de cryptomonnaies ou les masternodes:

Feel MiningJust Mining

Pour accumuler des cryptos en jouant :

Au poker sur la plateforme de jeux CoinPokerÀ un fantasy football mondial sur la plateforme Sorare

Restez informé grâce à notre newsletter hebdomadaire gratuiteet à nos réseaux sociaux:

TwitterTelegramLinkedIn

Comments are closed.