Comment miner de l'Ethereum (ETH) ?

L’Ethereum et la seconde blockchain la plus célèbre après Bitcoin. Elle compte aujourd’hui des millions de détenteurs de sa cryptomonnaie native : l’Ether. Parmi eux, certains les ont achetés sur une plateforme de cryptomonnaie, d’autres les ont minés. C’est-à-dire qu’ils les ont obtenus en récompense de leur activité de sécurisation du réseau ETH : le minage.

Nous vous présentons ici les différentes façon de miner des Ethers tant qu’il est encore temps. En effet, la blockchain Ethereum a récemment entamé sa transition vers un nouveau protocole de validation ne nécessitant plus de minage.

Qu’est-ce que l’Ethereum ?

Pour comprendre le minage et son fonctionnement il convient d’abord de rappeler ce qu’est Ethereum.

Il s’agit d’une blockchain décentralisée créée en 2015 par le russo-canadien Vitalik Buterin et permet, comme Bitcoin, d’effectuer des transactions de façon décentralisée, sécurisée et publique. Mais à la manière d’un ordinateur universel, elle offre aussi la possibilité à des milliers de développeurs du monde entier d’y construire des applications décentralisées (aussi appelée dApps).

Ces applications sont « open-source » et utilisent la technologie de la blockchain. Elles fonctionnent grâce aux smart contracts : ces programmes informatiques qui s’exécutent automatiquement selon des conditions définies et acceptées au préalable. Grâce à eux, ces applications résistent à la censure, aux temps d’arrêt et à la fraude.

Pour fonctionner, la blockchain Ethereum a besoin de « carburant » : l’Ether. Cette cryptomonnaie est émise à chaque validation de blocs et rémunèrent les mineurs qui valident les transactions sur la blockchain.

Qu’est-ce que la blockchain ?

Une blockchain est un réseau décentralisé sur lequel il est possible de transmettre et de stocker des informations de façon sécurisée, rapide et transparente. A la manière d’un registre, elle permet d’inscrire de façon irréversible et publique l’ensemble des transactions qui sont réalisées dessus.

Elle utilise la cryptographie pour protéger l’identité des personnes qui l’utilisent et s’assurer que les données ne puissent pas être altérées. Une blockchain a besoin d’une monnaie programmable (l’Ether par exemple) pour rémunérer les personnes qui la font fonctionner en mettant de la puissance de calcul informatique au service du réseau pour vérifier les transactions qui s’y déroulent : on appelle cette activité le minage.

La blockchain est un réseau sur lequel il est également possible de développer des applications décentralisées qui fonctionnent de manière autonome grâce aux smart contracts qui permettent de mettre des conditions la réalisation des transactions.

Pour en savoir plus sur la blockchain et son fonctionnement, retrouver notre guide sur Qu’est-ce qu’une blockchain ? 

L’Ether, qui valait à l’origine quelques centimes de dollars, s’échange aujourd’hui contre plusieurs milliers de dollars. En mai 2021, son cours a même atteint les 4 362 dollars. Le minage semble une alternative intéressante pour quiconque souhaiterait l’acquérir sans l’acheter.

Comme nous l’avons vu plus tôt, l’ensemble des transactions réalisées sur la blockchain Ethereum doivent être vérifiées et validées par les membres du réseaux ETH. C’est ce processus qui assure la sécurité et la décentralisation des transactions. L’algorithme de consensus qui régit aujourd’hui la vérification des transactions est appelé proof-of-work (ou preuve de travail).

Qu’est-ce que le proof-of-work (PoW) ?

La blockchain Ethereum, comme celle de Bitcoin, fonctionne grâce au PoW. Cette méthode de validation des transactions consiste à mettre en concurrence des personnes appelées mineurs qui allouent de la puissance de calcul informatique pour résoudre des problèmes mathématiques complexes.

Comment fonctionne le minage de l’Ethereum ?

Toutes les 14 secondes environ, le mineur (ou groupe de mineurs) qui trouve la solution en premier obtient le droit de vérifier et valider les transactions au sein d’un bloc qui sera ajouté aux autres sur la chaîne de blocs.

En récompense, la blockchain va fabriquer une quantité définie d’Ethers et la distribuer aux mineurs ayant participer à la génération du bloc. Le nombre d’Ethers ainsi créé (on dit « miné ») est illimitée. Au moment de la rédaction de ces lignes, plus de 116 millions d’Ethers avaient été minés.

La difficulté des problèmes informatiques posés par la blockchain pour la validation des transactions (on parle de « hashrate ») en fonction du degrés de compétition entre les mineurs : plus ils sont nombreux et sollicités, plus elle augmente et inversement.

En résumé, quiconque pourrait fournir de l’énergie à la blockchain pourrait participer à la validation des transactions et, in fine, à la fabrication des ethers. Qu’en est-il concrètement ?

Qui peut miner de l’Ether ?

Il existe de nombreuses façon de miner de l’Ethereum (ETH), la plus simple étant celle du Cloud Mining

Qu’est-ce que le Ethereum Cloud Mining ?

Le cloud mining consiste à louer de la puissance de calcul informatique auprès d’une société spécialisée sous la forme d’un abonnement mensuel.

 

Comment se mettre à l’Ethereum Mining Cloud ?

La première chose à faire est d’ouvrir un wallet Ethereum pour recevoir les bitcoins que vous aurez contribuez à miner. Parmi les différents types de wallet, nous vous conseillons d’en choisir un sécurisé (stockage à froid), réglementé et pratique à utiliser. Pour en savoir plus, retrouvez notre guide du meilleur wallet Ethereum.

Ensuite, il vous faudra choisir la plateforme de mining et ouvrir un compte dessus en renseignant vos informations personnelles (nom, prénom, adresse mail, numéro de téléphone…).

Une fois inscrit, il vous suffira de synchroniser la plateforme avec votre wallet Ethereum et de sélectionner le cloud mining d’Ether. Il ne vous reste plus qu’à régler l’abonnement pour commencer à miner en quelques heures. En général, les bénéfices du minage sont versés toutes les demi-heures directement sur votre wallet ETH.

Quels sont les avantages de l’Ethereum cloud mining ?

Le cloud mining vous évite d’avoir à investir dans du matériel de minage et de régler la note d’électricité. Il a également l’avantage d’être rapide et accessible à tous.  

Quels sont les inconvénients du Cloud Mining ?

En plus de l’abonnement mensuel, certaines plateforme de cloud mining prendront une partie des ethers que vous aurez minés par leur intermédiaire.

N’hésitez pas à les comparer pour trouver le compromis entre les frais et la puissance de calcul proposé. Dans tous les cas, nous vous conseillons de privilégier les plateformes régulées pour éviter tout accroc, certaines plateformes étant très récentes.

Si vous souhaitez miner des ethers sans passer par une société, vous pouvez acheter une machine spécialement programmée pour effectuer une activité de minage, un ASIC.

Comment choisir son ASIC ?

Il peut être difficile de choisir son ASIC, nous vous conseillons de vous renseigner avant sur ses caractéristiques.

La plus importante est le taux de Hash, c’est-à-dire la quantité de puissance de calcul informatique qu’elle peut déployer et donc le nombre d’ethers qu’elle peut miner.

Parallèlement, la consommation d’électricité est un critère de choix important car il influe directement sur la rentabilité de votre activité de minage.

Enfin, vous pouvez trouver des ASICs entre 100 et plus de 3000 euros, sachez faire le bon choix en tenant compte de la durée de vie et d’obsolescence de la machine.

 

Comment miner avec son ASIC ?

Une fois que vous avez choisi, acheté et reçu votre ASIC, vous devez l’installer. En général, la machine se branche sur une prise secteur classique.

Certains vendeur d’ASIC installent à l’avance les logiciels permettant de minage, d’autres non. Dans ce cas, il vous faudra l’installer vous-même avant de pouvoir miner vos premiers Ethers. Aussitôt branchée et configurée, la machine est prête à être utilisée.

Si vous ne détenez pas de l’espace suffisante pour entreposer et faire fonctionner votre machine, certaines plateformes vous propose un service d’hébergement tout compris (frais d’énergie, entretien, assurance, interventions…)

Quels sont les avantages des ASICs ?

Utiliser un ASIC vous permet d’exercer votre activité de minage sans intermédiaire. Ainsi, vous bénéficiez de la totalité des ethers que vous minez et évitez le risque de tomber sur une plateforme malveillante.

La rentabilité du minage grâce aux ASIC dépend du coût de la machine, de son taux de hashage (la quantité de puissance de calcul à allouer pour miner), du coût de l’électricité et du cours de l’Ethereum. Si tous ces éléments sont favorablement réunis, l’activité peut être rentable.  

Quels sont les inconvénients des ASICs ?

Les ASICs peuvent être coûteux à l’achat et vous expose aux frais d’électricité et aux risque d’endommager votre processeur.

En période de forte demande et face à une pénurie de machines, certains sont tentés d’acheter leur ASIC sur des sites proposant des machines à prix cassés, soyez vigilants et renseignez-vous.

Enfin, notez que le matériel de minage peut vite devenir obsolète et ainsi vous obliger à le renouveler.

Si miner du l’Ethereum de façon solitaire ne vous convient pas, vous pouvez rejoindre un pool de minage Ethereum.

Comment rejoindre un pool de minage ETH (Ethereum mining pool) ?

Il paraît que l’union fait la force ! De nombreuses plateformes vous propose de mutualiser vos moyens de minage avec d’autres membres du réseau en échange de quelques pourcents de frais. Accessible aux débutants comme aux plus expérimentés, cette option vous permet de maximiser vos chances de miner du l’Ethereum.

Quels sont les avantages des mining pools ?

Comme nous l’avons vu, participer à un pool de minage vous permet de profiter de la puissance de calcul informatique partagée par les autres membres du groupe. Vous validerez donc plus de blocs et plus rapidement, et vous assurerez des bénéfices réguliers.

Quels sont les inconvénients des mining pools ?

Rejoindre un mining pool exige de détenir du matériel de minage et à ce sujet, nous vous renvoyons vers les inconvénients des ASICs au-dessus. Concernant les mining pool en particulier, le seul inconvénient notable est que vous n’obtiendrez qu’une partie des ethers que vous avez contribué à miner. En effet, l’ensemble des membres de la pool se partages les profits générés.

Pourquoi miner des Ethers ?

A la naissance de la blockchain Ethereum, le minage pouvait être très rentable surtout pour ceux qui ont conservé (on dit « hodlé ») les ethers qu’ils ont minés à l’époque.

Quels sont les avantages du minage d’Ethereum ?

Le première atout de cette activité réside dans le potentiel de rendement que peut réserver l’Ethereum dans les années à venir. L’engouement pour la DeFi, les NFTs et l’ensemble des acteurs intéressés par les smart contracts sur la blockchain Ethereum incite certains y investir massivement.

De nombreuses solutions permettent même aux moins expérimentés de se mettre au minage de l’Ethereum. Rendre accessible cette activité au plus grand nombre est un atout, même s’il faut être vigilants et faire ses propres recherches.

Enfin, le minage des Ethers consiste à assurer le fonctionnement d’un ordinateur universel sur lequel quiconque peut bâtir et utiliser des applications sans intermédiaire. Participer à cette révolution numérique tout en générant des revenus passifs peut constituer un atout en soi.

Quels sont les inconvénients du minage d’Ethereum ?

Le principal inconvénient réside dans le manque de visibilité quant à la rentabilité d’une telle activité. Comme nous l’avons vu plus haut, pour la mesurer il faut faire un savant calcul entre le prix du matériel, celui de l’électricité et la difficulté du minage qui augmenter régulièrement d’un côté, et la quantité potentielle d’Ethers que l’on peut percevoir et son cours. Aujourd’hui, cette activité est rarement rentable pour les particuliers.

Conclusion

La possibilité de générer des revenus sans rien faire grâce aux cryptomonnaies s’est récemment heurté à l’engouement des fonctionnalités offertes par la finance décentralisée (ou DeFi). Elle permet en effet de déposer des cryptomonnaies dans un « pool » afin d’en percevoir un rendement annuel pouvant dépasser les 100%.

Certes risquées, ces fonctionnalités ont l’avantage de n’exiger aucun matériel particulier (à l’exception d’un smartphone ou un ordinateur) et de ne coûter presque rien en termes d’énergie.

D’ici quelques mois, l’algorithme de consensus qui régit la validation des transactions et la génération des blocs sur la blockchain Ethereum va être modifié en Proof-of-Stake. Ce protocole ne nécessite pas de minage puisqu’il élit ceux qui valident les transactions notamment en fonction de la quantité d’Ethers qu’ils mettent en jeu sur la blockchain. Cela doit vous inciter à analyser les autres façons de tirer parti des opportunités qu’offre cette cryptomonnaie, notamment l’achat d’Ethers par une plateforme de cryptomonnaies. N’oubliez pas de bien vous renseigner avant de la choisir, retrouvez notre guide sur Comment choisir sa plateforme de cryptomonnaies.

En France, le statut de PSAN (prestataire de services sur actifs numériques) délivré par l’Autorité des marchés financiers, vous permet de choisir une plateforme en toute confiance. 

BYKEP est la première application française à avoir obtenu ce statut. Elle vous permet d’acheter, de vendre et de conserver du Bitcoin, de l’Ethereum et du Litecoin où que vous soyez et en toute sécurité. Pour en savoir plus sur nos avantages, cliquez ici.

Shopping Basket