L'industrie crypto renforce ses procédures d'auto-régulation

L’industrie crypto renforce ses procédures d’auto-régulation

Source: Instagram, Binance

Il semblerait que l’industrie crypto choisisse de recourir à l’auto-régulation face à la pression constante des régulateurs.

Le PDG de l’exchange FTX, Sam Bankman-Fried, a annoncé que la plateforme avait décidé de limiter le montant de la couverture du trading sur marge, faisant passer l’effet de levier de 100 fois à 20 fois.

« Un système de marge efficace fait partie intégrante d’un système économique efficace », a-t-il déclaré, poursuivant : « Il y a des limites à tout, cependant ».

Bankman-Fried a poursuivi en disant que ces systèmes doivent avoir des liquidations comme sauvegarde, mais avec l’objectif de « les utiliser rarement. »

Liquidations au cours des dernières 24 heures:

Source: bybt.com

Il a également ajouté que « bien que ce soit un élément important de l’écosystème crypto, dans certains cas, ce n’est pas une partie saine de celui-ci. »

Par conséquent, affirme le PDG, la suppression de l’effet de levier élevé (plus de 20 fois) est un pas dans la direction vers laquelle l’industrie se dirige depuis un certain temps.

« Encore une fois, cela ne touchera qu’une infime partie de l’activité sur la plateforme, et si de nombreux utilisateurs ont exprimé qu’ils aimaient avoir cette option, très peu l’utilisent. Et nous pensons qu’il est temps de l’abandonner », a-t-il ajouté.

Les transactions risquées proposées sur FTX, Binance, BitMEX et d’autres exchanges sont souvent accusées d’avoir accéléré la chute du marché en mai.

Clara Medalie, responsable de la recherche chez Kaiko, un fournisseur de données sur le marché crypto à Paris, a déclaré au New York Times que « ces liquidations sont évidemment un facteur énorme dans la chute des prix », et que « c’est un cercle vicieux. »

L’effondrement des prix a automatiquement incité les exchanges à liquider les positions de trading des investisseurs ayant le plus fort effet de levier – avant que leurs garanties ne deviennent insuffisantes pour couvrir leurs positions.

Selon Timothy Massad, l’ancien président de la Commodity Futures Trading Commission, les offres à fort effet de levier sur FTX constituent davantage un risque pour la réputation de Bankman-Fried, qui cherche à étendre la portée mondiale de FTX.

De son côté, Binance, a déclaré que pour les nouveaux utilisateurs, les contrats à terme seraient limités à un effet de levier maximal de 20 fois.

« Dans l’intérêt de la protection des consommateurs, nous allons appliquer cela aux utilisateurs existants progressivement au cours des prochaines semaines », a annoncé Changpeng Zhao.

Précédemment, avec un levier de 125 fois, un investissement de 1 000 USD pouvait se transformer en une mise pouvant atteindre 125 000 USD sur Binance.

Ces derniers développements s’inscrivent dans un contexte réglementaire de plus en plus difficile, particulièrement aux États-Unis. Binance par exemple a été confronté à de nombreuses difficultés dans un certain nombre de pays.

« Il est clair qu’il faut s’attendre à des réglementations lourdes. Binance est dans l’état d’esprit de passer d’une startup technologique à un service financier. Nous redoublons d’efforts en matière de conformité », a déclaré M. Zhao lors du sommet virtuel REDeFiNE TOMORROW 2021.

Binance Margin devrait procéder au retrait de la liste les paires de marges croisées et isolées AUD, EUR et GBP en août.

Une tendance qui frappe également les DEX

Les exchanges centralisés ne sont pas les seuls à opter pour une régulation préventive.

La firme de développement de logiciels derrière Uniswap (UNI), Uniswap Labs, a restreint l’accès à un certain nombre de jetons sur une interface open-source qu’il prend en charge, app.uniswap.org – « en cohérence avec les actions prises par d’autres interfaces DeFi », selon leurs dernières déclarations.

La liste comprend des produits dérivés et des actions tokenisées. Les jetons en question  » représentent une infime fraction du volume global » sur Uniswap, a fait valoir l’équipe.

« Pour continuer à innover et à fournir cet outil à la communauté, nous surveillons l’évolution du paysage réglementaire », ont-ils déclaré.

Mardi dernier, le président de la Commission américaine des valeurs mobilières (SEC), Gary Gensler, a suggéré que les actions tokénisées devraient être enregistrées, qu’elles soient sur des plateformes centralisées ou décentralisées. « Si ces produits sont des swaps fondés sur des titres, les autres règles que j’ai mentionnées précédemment, telles que la déclaration des transactions, s’appliquent », a-t-il ajouté.

La semaine dernière, Binance a également annoncé que les actions tokénisées ne sont plus disponibles à l’achat sur Binance.com : la raison évoquée est que la plateforme concentre sa « stratégie commerciale vers d’autres offres de produits. »

Jouer le jeu de la réglementation

Pendant ce temps, certains exchanges comme Coinbase, Kraken et Gemini ont déjà entrepris de se focaliser sur la conformité.

La société mère de Gemini, Gemini Trust Co, a contribué à la création de la Virtual Commodity Association dont l’objectif est de prévenir la fraude et la manipulation, un organisme qui « rappelle les groupes d’autorégulation mis en place par Wall Street. »

Coinbase a publié des états financiers vérifiés et « renforcé » ses opérations de conformité, tandis que Kraken a obtenu une charte bancaire réglementée dans le Wyoming alors qu’elle se prépare également son entrée en bourse.

John Griffin, professeur de finance à la McCombs School of Business de l’Université du Texas, aurait déclaré que le système crypto a été mis en place pour éviter les grandes banques. Griffin a ajouté que « plutôt que d’avoir cet univers autonome libre de toute réglementation gouvernementale, nous avons des exchanges qui jouent le rôle que les bourses traditionnelles et les gouvernements jouent sur les marchés traditionnels. »

Comments are closed.