Les recommandations du FMI sur la gouvernance dans le secteur de la DeFi

Les recommandations du FMI sur la gouvernance dans le secteur de la DeFi

Le Fonds monétaire international (FMI) a proposé une série de mesures visant à réglementer le secteur de la finance décentralisée (DeFi). L’organisme a formulé ses recommandations préliminaires dans le dernier chapitre de son rapport sur la stabilité financière mondiale, intitulé « La croissance rapide de la Fintech : Vulnérabilités et défis pour la stabilité financière ».

Source: Adobe/Vector Archive

Dans ce document, les auteurs du rapport recommandent que la réglementation devrait dans un premier temps se concentrer sur « certains éléments de l’écosystème crypto qui ont permis le développement de la DeFi » – à savoir les émetteurs de stablecoins, les bourses cryptos centralisées et les fournisseurs de services de portefeuilles hébergés.

Cependant, le FMI a également affirmé que ce type de réglementation pourrait également s’étendre aux gestionnaires de réserves, aux administrateurs de réseaux et aux teneurs de marché – qui « bénéficieraient tous de cadres réglementaires nationaux robustes et complets fournis par des organismes de normalisation au moyen de standards internationaux communs. »

Les auteurs ont suggéré que de telles « entités centralisées » dans « l’écosystème des crypto-actifs » pourraient fournir aux régulateurs une liaison efficace pour que ces derniers puissent faire face au risque de croissance rapide de DeFi. »

Selon les auteurs, la deuxième étape concernerait la politique de réglementation ce qui impliquerait que les autorités nationales réglementent « directement » ce qu’ils appellent « les fonctions clés au sein de la DeFi. »

Ces « mesures », expliquent les auteurs, « pourraient inclure » une « collaboration public-privé sur la réglementation des codes » par le biais « soit de directives ex-ante sur les paramètres opérationnels et de risque, soit d’examens et d’audits ex post des codes qui peuvent identifier les domaines vulnérables au risque et aider à atteindre les objectifs politiques. »

L’organisme a suggéré de promouvoir la transparence et de renforcer « l’éducation des utilisateurs pour aider à identifier les risques spécifiques aux plateformes », ce qui, selon lui, permettrait de combler le « déficit d’information entre les investisseurs particuliers et institutionnels ».

En plus de développer des codes industriels, l’organisme a suggéré que le secteur de la DeFi « établisse des organismes d’autorégulation », affirmant qu’un « système de gouvernance transparent et crédible pourrait améliorer la gestion des risques, faciliter la bonne conduite des transactions financières, et finalement attirer plus d’utilisateurs et de capitaux vers les plateformes ».

Mais plus important encore pour les régulateurs, le FMI a affirmé que ce modèle de système de gouvernance « pourrait être un point d’interaction naturel pour les régulateurs ».

Et sans doute en référence au secteur des exchanges cryptos centralisés japonais, qui est largement auto-réglementé, le FMI a suggéré que « tout comme dans les marchés des valeurs mobilières traditionnels, les organismes d’auto-réglementation pour les exchanges cryptos centralisés conduiraient à des normes de cotation plus robustes pour les (jetons des) plateformes DeFi et amélioreraient ainsi leur gouvernance et leur qualité. »

Les auteurs ont concédé que la réglementation serait probablement délicate dans le domaine de la DeFi – car même le maintien de l’ordre dans le domaine de la crypto centralisée s’est avéré « difficile » jusqu’à présent. Et si une approche plus lourde n’a pas été exclue, les auteurs ont admis que cela aurait probablement des effets indésirables, expliquant :

« Une approche potentielle consiste à restreindre l’exposition des entreprises réglementées aux marchés de la DeFi (en particulier les marchés non soumis à une réglementation ou à une auto-régulation appropriée), ce qui pourrait ralentir le rythme de la croissance tout en traitant les risques d’interconnexion avec les marchés réglementés. »

Toutefois, l’accent n’a pas été mis uniquement sur l’atténuation des risques et la réglementation, les avantages de l’adoption étant également discutés. Les auteurs du rapport du FMI ont également noté que la DeFi « a le potentiel de présenter une intermédiation financière rentable en contournant et en raccourcissant la chaîne des intermédiaires. »

Cependant, les auteurs ont averti que « la comparaison des coûts et des prix entre DeFi et les institutions financières traditionnelles » est une question « complexe », en raison du fait que « les deux opèrent actuellement dans des écosystèmes différents. »

Si le FMI a mis en garde contre « des risques et des incertitudes plus importants » liés à la DeFi, il a concédé que le secteur « a le potentiel d’offrir des services financiers encore plus efficaces, en devenant une force gravitationnelle qui attire un grand nombre de crypto-investisseurs. »

Suivez nos liens d’affiliés:

Pour acheter des cryptomonnaies en Zone SEPA, Europe et citoyens français, visitez CoinhousePour acheter des cryptomonnaies au Canada, visitez BitbuyPour générer des intérêts grâce à vos bitcoins, allez sur le site de BlockFiPour sécuriser ou stocker vos cryptomonnaies, procurez-vous les portefeuilles Ledger ou TrezorPour transiger vos cryptos de façon anonyme, installez l’application NordVPN

Pour investir dans le minage de cryptomonnaies ou les masternodes:

Feel MiningJust Mining

Pour accumuler des cryptos en jouant :

Au poker sur la plateforme de jeux CoinPokerÀ un fantasy football mondial sur la plateforme Sorare

Restez informé grâce à notre newsletter hebdomadaire gratuiteet à nos réseaux sociaux:

TwitterTelegramLinkedIn

Comments are closed.