Les dernières news crypto, blockchain et DeFi

Les dernières news crypto, blockchain et DeFi

La mort, les taxes et une panique exagérée lors des corrections du marché des cryptomonnaies. Voilà des certitudes qui semblent aussi inébranlables que le roc lui-même! Pourtant, nous sommes tout sauf en territoire inconnu présentement, passant à travers une correction d’ampleur tout à fait similaire aux nombreuses du présent et marchés haussiers passés. Qu’est-ce qui cause ce recul et où cela nous place-t-il techniquement parlant? Nous allons l’analyser plus en détail à travers cette communication.

Source : Adobe 

 Avant tout, malgré le bruit des marchés sur le court terme, il serait inadéquat de ne pas d’abord insister sur la mise à jour Taproot du réseau bitcoin, ayant été implantée sans aucun souci technique, si bien qu’elle est carrément passée sous le radar de plusieurs. Pourtant, au bloc #709 632 dimanche, la première mise à jour majeure depuis août 2017, alors qu’on avait assisté à l’ajout du Lightning Network et du Segregated Witness, a été implantée dans un consensus presqu’entier. Alors que SegWit et le Lightning Network visaient à rendre les transactions plus rapides et moins chères, Taproot apporte bien plus que l’amélioration de l’évolutivité et la réduction des frais. La dernière mise à niveau vise à accroître la confidentialité et la sécurité du protocole.
 
Taproot apporte les signatures Schnorr pour réduire certaines des charges sur le réseau. Il crée une sorte de clé maîtresse pour résumer un ensemble de signatures en une seule. Cela permet d’effectuer des transactions multi-signatures et multi-entrées (UTXI) beaucoup plus facilement, rapidement et à moindre coût. En outre, Taproot vise à améliorer le langage de script de Bitcoin grâce au concept d’arbre syntaxique abstrait Merkelized (MAST). Cela ouvre la porte à des capacités de contrats intelligents sur le réseau, ce qui conduira à une adoption encore plus grande. «Il (MAST) peut contribuer à rendre les contrats intelligents plus efficaces et plus privés en ne révélant que les parties pertinentes du contrat lors de la dépense», explique le développeur Hampus Sjöberg. «Taproot est un soft fork de 100 ans qui donnera, à long terme, une chaîne de bloc plus fongible et plus robuste.»
 
Bref, si c’est l’action des prix qui résonne souvent très (trop?) fort aux oreilles des investisseurs, nous avons pourtant cette semaine assisté à la plus importante évolution fondamentale du bitcoin des quatre dernières années.
 
Pourquoi le prix du bitcoin combat-il afin de demeurer au nord des 60 000 $, alors? Fondamentalement, l’élan d’optimisme récent a été ralenti par quelques nouvelles diverses. Une fois de plus, des préoccupations concernant la poursuite de la répression réglementaire en Chine soulèvent l’inquiétude. Le pays va en effet étudier la possibilité de prélever des prix punitifs sur l’électricité pour les entreprises impliquées dans l’extraction de cryptomonnaies. De plus, du notre côté du Pacifique, les États-Unis ont adopté leur plan d’infrastructures de 1 200 milliards de dollars, un projet de loi contenant plusieurs provisions anti-crypto controversées.
 
De plus, alors que plusieurs pensaient qu’un tel investissement n’était qu’une question de temps, le directeur financier de Twitter, Ned Segal, a déclaré dans une interview que l’investissement dans la crypto «ne faisait pas de sens pour eux en ce moment» en raison de l’extrême volatilité du marché et de l’absence de règles comptables dans le secteur. Segal a noté que pour que Twitter investisse dans des sociétés de crypto et des avenues connexes, le géant des médias sociaux devrait modifier ses politiques d’investissement actuelles, qui ne permettent actuellement à l’entreprise de détenir que des actifs de nature plus stable comme des titres dans son bilan.
 
Finalement, on affirme souvent que d’investir dans le bitcoin, surtout en période d’inflation, est un peu comme prendre une position courte sur le dollar américain. Or, ce dernier est à son plus haut niveau depuis 16 mois.
 
Techniquement parlant, il semble aujourd’hui particulièrement approprié de zoom out et de regarder les graphiques sur de plus longues périodes. On remarque rapidement que lors de son premier passage au-dessus de 60 000 $, le prix n’avait réussi qu’à fermer au-delà de ce seuil à cinq reprises. Or, depuis qu’il l’a repris le 15 octobre dernier, une seule journée a été fermée sous ce cap, et ce, le 27 octobre. Même malgré la baisse d’hier, le prix a fermé au-dessus ce niveau. En réalité, le prix actuel est celui d’il y a… trois semaines à peine. Par ailleurs, l’importante moyenne sur 50 jours du présent marché haussier a servi de support au cours de la nuit et continue actuellement de le faire.
 
Nous avons assisté à six reculs de plus de 20% lors du marché haussier de 2017, malgré que le prix se soit ultimement multiplié par un facteur de dix au cours de cette même année. La correction actuelle, du sommet au plancher de la nuit, dépasse à peine 15%. Bref, si le passé n’est pas garant du futur, il est néanmoins tout à fait plausible de privilégier l’hypothèse d’une simple correction de marché haussier que d’une perte soudaine de ce dernier.
 
Les nouvelles ne sont d’ailleurs pas toutes moroses et l’industrie continue sans contredit de s’implanter à vitesse grand V. Un gigantesque partenariat vient d’ailleurs tout juste d’être annoncé ce matin, Crypto.com achetant les droits de dénomination du Laker’s Staples Center pour une entente de 700M$. L’accord associe ainsi Crypto.com à l’une des plus grandes marques de la NBA, offrant une notoriété cruciale à la plateforme qui se positionne pour conquérir des parts de marché dans le secteur en pleine expansion des devises numériques. Les termes de l’accord n’ont pas été officiellement divulgués, mais une personne au courant de l’affaire a déclaré au réseau CNBC qu’il s’agissait d’un contrat de 20 ans d’une valeur de 700 millions de dollars.
 
Tel que pressenti, le projet de fonds négocié en bourse appuyé sur le bitcoin physique plutôt que sur des contrats à terme sur l’actif de VanEck a été bloqué par la SEC vendredi. Son FNB sur contrats à terme a quant à lui commencé à être transigé sous le symbole XBTF hier. Le FNB a vu 38 398 actions être échangées lors de son premier jour, terminant à 59,73 $ par action – juste en dessous de son ouverture à 60 $ par action. Le FNB avait 9,6 millions de dollars d’actifs sous gestion à la clôture. Il ne s’agit là que d’une fraction du volume d’échange du premier jour de 1 milliard de dollars dont a bénéficié le ProShares Bitcoin Strategy (BITO) le 19 octobre sur le NYSE. Depuis, BITO a atteint les 2 % les plus élevés de tous les FNB en termes de volume d’échange total. Il n’y a aucun doute sur l’avantage concurrentiel d’être le premier à intégrer un tel marché!
 
La tendance des réserves de bitcoins sur les échanges continue quant à elle de dresser un portrait optimiste pour la suite. En effet, la moyenne mobile sur 90 jours des flux d’échange nets quotidiens reste ancrée dans le territoire négatif. En clair, la tendance générale des jetons quittant les échanges reste intacte, ce qui indique un sentiment persistant de détention sur le long terme.
 

 
Le populaire analyste surnommé TechDev pointe les nombreuses similitudes avec les marchés haussiers précédents, estimant que le bitcoin en 2021 agit pratiquement de manière identique à 2017 avec un petit retard. «L’action des prix continue de rester 5 à 8 jours derrière 2017 depuis juillet», a-t-il déclaré. «Si l’indice de force relative (RSI) du bitcoin, un facteur clé dans les cycles haussiers, se rétablit au-dessus d’une ligne de tendance qu’il a perdue pendant le repli de cette semaine, un objectif de prix de 80 000 à 90 000 dollars reste possible d’ici la fin novembre», a-t-il ajouté.
 
Ce seuil, apparaissant pratiquement impossible aujourd’hui à deux semaines de la fin du mois, est toutefois aussi celui du modèle Stock-to-Flow ayant jusqu’ici été particulièrement bien respecté. À cet effet, il est intéressant de lire l’analyse de Jurrien Timmer, directeur des tendances macro chez Fidelity. Timmer suggère que le modèle S2F est unidimensionnel et qu’un modèle intégrant la demande pourrait donner des résultats plus précis. Ses recherches suggèrent que la demande du bitcoin a jusqu’à présent suivi de près celle des téléphones portables. Timmer a extrapolé cette relation logarithmique à partir des données historiques du bitcoin et l’a mise en correspondance avec le modèle S2F. Voilà le graphique qui en ressort :

 Bref, la vitesse de la progression n’est certes pas la même, mais pour les deux modélistes, la tendance à long terme ne pourrait être plus claire!
 

Cet article vous est présenté par Fonds Rivemont. Le fonds Rivemont crypto est le premier et seul fonds activement géré de cryptomonnaies au Canada. Éligible REER et CELI. Les investisseurs qualifiés peuvent en apprendre plus ici.

Avertissement : Cette chronique ne reflète pas nécessairement l’opinion de CryptonewsFR et ne constitue en aucun cas des conseils à l’investissement ni des consignes de trading.

 _______________________

Suivez nos liens d’affiliés :

Pour acheter des cryptomonnaies en Zone SEPA, Europe et citoyens français, visitez Coinhouse 

Pour acheter des cryptomonnaies au Canada, visitez Bitbuy

Pour générer des intérêts grâce à vos bitcoins, allez sur le site de BlockFi

Pour sécuriser ou stocker vos cryptomonnaies, procurez-vous les portefeuilles Ledger ou Trezor

Pour transiger vos cryptos de façon anonyme, installez l’application NordVPN

Pour investir dans le minage ou les masternodes :

Sur Feel MiningSur Just Mining

Pour accumuler des cryptos en jouant :

Au poker sur la plateforme de jeux CoinPokerÀ un fantasy football mondial sur la plateforme Sorare

________________

Voici les sources d’informations qu’on vous propose:

Notre newsletter hebdomadaire gratuite: https://www.getrevue.co/profile/CryptonewsFR

Twitter: https://twitter.com/cryptonews_FR

Telegram: https://t.me/cryptonews_FR

LinkedIn: https://www.linkedin.com/company/11745115

Comments are closed.