Glossaire / Formez vous à la crypto

La crypto & blockchain
de A à Z

Formez-vous gratuitement sur tous l’univers crypto & blockchain grâce à notre contenu ludique mis à jours régulièrement.

 

A à H     I à P      Q à Z

Débutant

All-in

All-in

Inspiré du vocabulaire du poker qui signifie “tout mettre”, faire “all-in” consiste à investir tout son capital sur une seule cryptomonnaie ou token au même moment.

Altcoin

Altcoin

Contraction de “alternative” et “coin”, les altcoins désignent toutes les cryptomonnaies excepté le Bitcoin (BTC). Les plus célèbres sont l’Ethereum (ETH), le Cardano (ADA) ou encore le Binance Coin (BNB). Il en existe près de 14 000.

Bear Market

Bear Market

Dans le jargon de Wall Street, il s’agit d’une longue période baissière sur un marché (action, crypto…). 

Pour parler de bear market, il faut que la baisse soit durable et d’au moins 20% par rapport au plus haut niveau récent. Le dernier bear market observé sur le marché des cryptos s’est produit entre 2018 et 2020.

Bitcoin

Bitcoin

Fondée en 2009 par un certain (collectif ?) nommé Satoshi Nakamoto, il s’agit de la plus ancienne et célèbre de toutes les cryptomonnaies. Elle est divisible par 100 million et ne sera émise qu’à 21 millions d’unités au maximum. 

Elle permet de transférer de la valeur en utilisant la technologie sécurisée de la blockchain de façon décentralisée, c’est à dire sans organe de contrôle central. Elle est utilisée comme moyen de paiement, valeur refuge et plus récemment comme monnaie légale au Salvador.

Bitcoin Cash

Bitcoin Cash

Créée en 2017, cette cryptomonnaie est une variante du Bitcoin née d’un désaccord entre les utilisateurs. Certains voulaient augmenter la taille des blocs de transaction de Bitcoin pour accroître sa scalabilité, les autres y étaient opposés pour préserver sa décentralisation. 

Finalement, une scission (ou « hard fork) s’est produite, donnant lieu à l’émergence d’une nouvelle blockchain et sa cryptomonnaie native : le Bitcoin Cash.

Blockchain

Blockchain

Une blockchain est un réseau connecté à internet sur lequel circulent des transactions réalisées dans une cryptomonnaie. 

À la manière d’un livre de compte, chaque opération est inscrite après avoir été vérifiée par les membres du réseau. Elles sont validées par “blocs” qui, une fois générés, rejoignent les autres tel un maillon d’une chaîne (d’où la chaîne de blocs). Chaque bloc entérine le précédent, ce qui rend les données qui y sont inscrites infalsifiables. 

Il existe des blockchains publiques auxquelles tout le monde peut se connecter, et des blockchains privées dont l’accès est réservé à des personnes choisie.

Blockchain Explorer

Blockchain Explorer

Ce site internet est un « explorateur de blocs ». Il fournit, dans un langage clair, l’ensemble des informations contenues dans chaque bloc de transaction pour différentes blockchains (Bitcoin, Ethereum, Bitcoin Cash…). 

Il est très utile lorsque vous souhaitez suivre l’état d’une transaction, les frais et cours appliqués ou encore consulter le code d’un smart contract.

Blocs

Blocs

Sur une blockchain, les transactions sont envoyées aux membres du réseau pour être vérifiées. Une fois vérifiées, elles sont regroupées au sein d’un « bloc » pour être validées sur le réseau. 

Le bloc ainsi scellé est attaché cryptographiquement au précédent tel le maillon d’un chaîne (d’où la chaîne de blocs). Chaque bloc entérine le précédent, ce qui assure l’irréversibilité et l’inaltérabilité du réseau.

Bull Market

Bull Market

Dans le jargon de Wall Street, il s’agit d’une longue période haussière sur un marché (action, crypto…).

Pour parler de bull market, il faut que la hausse soit d’au moins 20% après deux baisses de 20% chacune. 

Bulle

Bulle

Une bulle financière ou spéculative se créé lorsque les cours d’un marché (action, crypto…) sont supérieurs à la valeur intrinsèque des titres qui le composent.

Lorsque ce déséquilibre devient excessif et qu’il est autoalimenté par la croyance que les prix vont continuer d’augmenter, la bulle s’effondre et l’euphorie laisse la place à la panique. La chute des prix est brutale : on parle de krach boursier.

Clé publique

Clé publique

Il s’agit d’un équivalent du RIB pour les cryptomonnaies. La clé privée est représentée par une suite alphanumérique ou sous la forme d’un QR code. 

Elle peut être partagée pour être insérée dans le champs “adresse de destination” au moment d’un envoi de cryptomonnaies.

Cold storage

Cold storage

Ce type de stockage dit « à froid » consiste à conserver la clé privée (ces mots de passe qui permettent d’accéder aux cryptomonnaies sur la blockchain) en dehors de tout accès à internet. 

Ainsi conservée hors ligne, la clé privée ne peut être piratée et utilisée frauduleusement. Un wallet qui offre ce mode de stockage est appelé cold wallet.

Confirmations

Confirmations

Lorsqu’un envoi de cryptomonnaie est initié, il doit passer par plusieurs étapes avant d’être définitivement validé sur la blockchain. On parle de « confirmations ».

Pour Bitcoin par exemple, il faut compter 6 confirmations avant de recevoir ses cryptomonnaies.

Cryptomonnaie

Cryptomonnaie

Une cryptomonnaie est actif numérique qui peut être échangé de pair-à-pair sur un réseau crypté appelé blockchain. 

Les personnes qui valident ces échanges sont récompensés par l’émission de la cryptomonnaie native de la blockchain.

Les cryptomonnaies sont échangées sur des places de marché et leur prix varient en fonction de l’offre et de la demande. Il en existe plus de 14 000 et les plus connues sont le Bitcoin et l’Ethereum. 

Décentralisation

Décentralisation

On parle de décentralisation lorsqu’une décision n’est pas prise par un organe de contrôle unique. C’est particulièrement le cas dans le système financier traditionnel puisque ce sont les États et les banques centrales qui décident de la valeur et de l’émission des monnaies.

Dans le cas des cryptomonnaies, ces éléments sont prédéfinis et ne peuvent être modifiés que par l’obtention d’un large consensus des utilisateurs de la blockchain.

Ethereum

Ethereum

Ethereum est une blockchain fondée par Vitalik Buterin en 2014 et dont l’unité de compte est appelée Ether.

Inspirée de Bitcoin, elle présente pourtant des différences importantes, notamment sur son objectif. En effet, en plus de proposer une solution de transfert de valeur sécurisée, Ethereum fournit à ses utilisateurs un ordinateur universel et décentralisé pour construire des applications décentralisées à l’aide des contrats intelligents (les smart contracts). 

Fees – Frais de transaction

Fees – Frais de transaction

Pour qu’une transaction ait lieu sur la blockchain, il faut rémunérer les personnes qui doivent la vérifier et la valider. Cette rémunération est exprimée dans la cryptomonnaie de la blockchain et s’ajuste à la congestion du réseau : plus les validateurs sont sollicités, plus les frais sont élevés. Les frais sont uniquement payés par l’expéditeur.

Dans le cas de Bitcoin, les frais de transaction sont appelés frais de minage et varient en fonction du poids et non du montant de la transaction. Ainsi, une transaction d’1 BTC contenant un message coûtera plus cher qu’une autre de 2 BTC sans message.

Fork

Fork

Ce mot anglais signifie « bifurcation » et désigne un scission sur une blockchain.

Lorsque les membres sont en désaccord sur une règle de consensus, il peut arriver que deux blockchains se séparent. Le Fork est « soft » lorsque la séparation est temporaire, et « hard » quand elle est définitive. Dans ce cas, la nouvelle blockchain génèrera une nouvelle cryptomonnaie selon les nouvelles règles admises. 

Hard Fork

Hard Fork

Il s’agit d’une scission définitive entre deux blockchains.

Elle intervient lorsque les membres du réseau ne sont pas parvenu à se mettre d’accord sur un règle de consensus. Sur la nouvelle blockchain, une nouvelle cryptomonnaies est créée selon les nouvelles règles acceptées par la communauté.

Hardware wallet – Portefeuille physique.

Hardware wallet – Portefeuille physique.

Un hardware wallet (ou portefeuille matériel) est un type de portefeuille électronique utilisé pour conserver sa clé privé en sécurité.

Il a la forme d’une clé USB et est réputé inviolable : la clé privée est conservée en dehors de tout accès à internet et requiert une authentification très forte pour y accéder. En cas de perte de identifiants, l’accès aux cryptomonnaies est définitivement perdu.

Hodl

Hodl

Ce mème internet très utilisé par la communauté crypto est né d’une faute de frappe sur le mot « Hold » qui signifie « tenir » en anglais.

Il désigne le fait de refuser de vendre ses cryptomonnaie, quel que soit l’état du marché.

Marketcap

Marketcap

Ce terme anglais signifie “Capitalisation boursière » et désigne la valeur totale d’une cryptomonnaie.

Elle est le plus souvent exprimée en dollar et est obtenue en multipliant la quantité de pièces en circulation par la valeur d’une cryptomonnaie à un moment donné.

Miner – Mineur

Miner – Mineur

Les « mineurs » sont les personnes qui concourent à faire fonctionner une blockchain en proof-of-work (PoS) en validant les transactions qui s’y déroulent.

Ces personnes (ou groupes de personnes) fournissent leur puissance de calcul informatique pour résoudre des problèmes mathématiques complexes. Le premier qui y parvient obtient le droit de valider une groupe de transactions. En récompense, la blockchain va générer et lui offrir une quantité de cryptomonnaie. On parle donc de « mineurs » car c’est leur travail qui permet l’extraction des cryptomonnaies.

Monnaie fiduciaire

Monnaie fiduciaire

Aussi appelée monnaie « fiat », une monnaie fiduciaire est décrétée par un État ou un groupe d’États.

Sa gestion et son émission est confiée à une banque centrale tandis que sa valeur repose sur la confiance que les utilisateurs lui portent. 

Peer-to-peer – Pair à pair

Peer-to-peer – Pair à pair

Il s’agit d’un système d’échange sur un réseau qui fonctionne sans serveur central.

Les utilisateurs d’un tel réseau peuvent donc s’échanger des données sans intermédiaire. 

Pumping

Pumping

Ce mot anglais peut être traduit par « gonfler » et désigne une technique qui consiste à faire monter artificiellement le cours d’une cryptomonnaie dans l’objectif de la revendre plus chère. 

On dit aussi d’une cryptomonnaie qu’elle « pump » quand son cours monte rapidement.

Return On Investment (ROI) ou Retour sur Investissement

Return On Investment (ROI) ou Retour sur Investissement

Le retour sur investissement permet de calculer le rendement d’un investissement.

Le calcul est le suivant : (gain ou perte de l’investissement – coût de l’investissement) / coût de l’investissement.

Reward – Récompense

Reward – Récompense

Sur une blockchain, les personnes qui valident les transactions sont récompensées selon un système défini par les règles de consensus.

En général, la récompense se compose des frais de transactions payés par les utilisateurs et d’une quantité de cryptomonnaie émise par la blockchain elle-même.

Satoshi Nakamoto

Satoshi Nakamoto

Il s’agit du nom utilisé sur les forums par le ou les personnes à l’origine de la création du Bitcoin en 2008. Malgré des recherches approfondies, personne n’a réussi à trouver l’identité de ce fameux Satoshi.

Satoshi Nakamoto a mystérieusement disparu depuis 2014, laissant la communauté crypto orpheline. Ses wallets, qui détiendraient plus d’un million de bitcoins, n’ont pas non plus été utilisés depuis.

Satoshi

Satoshi

Il s’agit de la plus petite subdivision du Bitcoin qui équivaut à 1/100 millions de Bitcoin.

Ce nom a été donné en l’honneur du créateur de la célèbre cryptomonnaie : Satoshi Nakamoto.

Scam

Scam

Dans le secteur des cryptomonnaies, un scam (« escroquerie » en français) consiste à soutirer de l’argent à des personnes sous couvert d’un projet blockchain inexistant ou frauduleux.

Pour les éviter, il est recommandé d’effectuer des recherches sérieuses sur un projet avant d’y investir.

Seed

Seed

La seed (« graine » en anglais) désigne une liste de mots dans un ordre précis fournis par un portefeuille crypto (un wallet).

Cette succession de 12, 24 ou 36 mots peut être utilisée pour restaurer la clé privée qui permet d’accéder à ses cryptomonnaies sur la blockchain.

Il est recommandé de la conserver à l’abri du vol pour éviter tout utilisation frauduleuse. La perte de ces identifiants empêche définitivement d’accéder à ses cryptomonnaies. Soyez prudents !

Transaction

Transaction

Sur la blockchain, une transaction désigne un transfert de valeur, de données ou de propriété.

Elles sont vérifiées et validées par les membres du réseaux avant d’être inscrite de façon irréversible et sécurisée sur la blockchain. L’ensemble des transactions peuvent être consultés par tous.

Wallet

Wallet

Cet anglicisme signifie « portefeuille » en français et désigne une solution de stockage dédié à la conservation des clés privées – ces mots de passe qui permettent d’accéder aux cryptomonnaies sur la blockchain.

Il existe plusieurs types de wallets qui présentent des niveaux de sécurité et de praticité différents.

White Paper

White Paper

Le White paper (« livre blanc » en français) est un rapport qui présente de manière détaillée l’ensemble des caractéristiques et informations liées à un projet blockchain.

Il est notamment utilisé pour inciter les investisseur à s’y intéresser en leur précisant les fondamentaux, l’équipe ainsi que la feuille de route prévue.

Intérmédiaire

Bloc Ethereum

Bloc Ethereum

Un bloc est un ensemble de transactions validées sur une blockhain. Ils sont générés à intervalle régulier et défini par son code source.
Sur la blockchain Ethereum, ils sont publiés environ tous les 13 secondes.
Block Height – Hauteur du bloc

Block Height – Hauteur du bloc

Il s’agit d’un instrument de mesure de la chronologie des blocs générés sur une blockchain.
Le 1er bloc généré (appelé genesis bloc) est numéroté « 0 », le deuxième « 1 », et ainsi de suite.
Consensus

Consensus

Sur une blockchain, le consensus est obtenu lorsque la majorité des participants se mettent d’accord sur l’historique des transactions qui s’y déroulent.

Cette adhésion à une chronologie commune donne sa valeur et sa sécurité à la blockchain.

Dapp – Application décentralisée

Dapp – Application décentralisée

Il s’agit d’un programme informatique open source conçu pour fonctionner sur un réseau décentralisé appelé blockchain.

À l’inverse des application traditionnelles qui ont besoin d’une autorité centrale, les dApps s’exécutent de façon autonome selon des règles inscrites au sein de contrats intelligents (ou smart contracts). La blockchain Ethereum est la plus utilisée pour construire et utiliser des dApps.

Difficulté de mining

Difficulté de mining

Pour valider des transactions sur une blockchain, les validateurs doivent résoudre des problèmes mathématiques complexes grâce à leur puissance de calcul informatique. La difficulté de ces problèmes (ou « hashpower ») s’ajuste régulièrement pour maintenir un délai entre deux blocs (le « target block time ») au bon niveau.

Concrètement, plus il y a de validateurs (et donc de puissance de calcul), plus la difficulté augmentera et inversement.

ERC-20

ERC-20

Cet acronyme de « Ethereum Request for Comment » est un ensemble de règles que les smart contracts à l’origine des tokens (hors NFT) développés sur la blockchain Ethereum doivent respecter.

Parmi ces règles figurent le nom, le symbole, le nombre de décimales, le nombre maximum de tokens…

ERC-721

ERC-721

Cet acronyme de « Ethereum Request for Comment » est un ensemble de régles qui régit les smart contracts à l’origine des NFT sur la blockchain Ethereum.

À l’inverse des tokens traditionnels régis par le standard ERC-20, ces tokens sont uniques et ne peuvent être interchangés.

Fonction de hashage

Fonction de hashage

Il s’agit d’un outil mathématique qui permet de transformer une donnée quelconque (une image, un texte…) en une donnée d’un format défini, d’en calculer une empreinte unique.

Ainsi, il est impossible de retrouver la donnée initiale. Cet algorithme est notamment utilisé pour les signature électronique, la gestion des mots de passes et évidemment pour crypter une transaction en cryptomonnaie.

Fondation Ethereum

Fondation Ethereum

La Fondation Ethereum est une organisation à but non lucratif qui participe au développement des recherche et des projets liés à la blockchain Ethereum.

Elle favorise l’adoption et l’utilisation de ce réseau fondé Vitalik Buterin en 2015. Sur les 3 millions d’ETH dont elle disposait à l’origine, il lui en reste 500 000 (environ 2 milliards d’euros).

Gas – frais d’utilisation

Gas – frais d’utilisation

Les frais qui rémunèrent les personnes qui valident les transactions sur la blockchain Ethereum sont exprimés en « gas ». La valeur d’une unité de gas varie en fonction de la complexité de la transaction et de la demande sur le marché. Elle est exprimée en Gwei (0,000 000 001 ETH).

Genesis Block

Genesis Block

Sur une blockchain, les transactions sont validées et réunies au sein de « blocs » ajoutés les uns aux autres pour former une chaîne, d’où le terme de blockchain.

Le genesis block est tout simplement le premier bloc publié. Sur la blockchain Bitcoin, le genesis bloc ne contient aucun transaction mais un article du Financial Times daté du 3 janvier 2009 intitulé « Le chancelier à la veille d’un second plan de sauvetage des banques ».

Gwei

Gwei

Le Gwei est une subdivision de la cryptomonnaie native de la blockchain Ethereum, l’Ether.

Cette unité, qui représente un milliardième d’Ether, est surtout utilisée pour exprimer le montant des frais de transaction (ou gas).

Halving

Halving

Le Halving signifie « réduction de moitié » et désigne la règle d’émission du Bitcoin.

Les bitcoins sont fabriqués (ou minés) à chaque génération de bloc, et offerts en récompense aux mineurs qui ont participé à sa validation.

La quantité de bitcoins minée est prédéfinie par le code source : fixée à 50 unités au lancement de la blockchain, elle est divisée par deux tous les 210 000 blocs (tous les 4 ans environ).

Aujourd’hui, ce sont 6,25 BTC qui sont créés à chaque blocs. Une quantité qui continuera de décroître jusqu’en 2141, date à laquelle les 21 millions de bitcoins auront été fabriqués. Le prochain halving aura lieu entre mars et juin 2024
Hash

Hash

Il s’agit du résultat obtenu après avoir transformé une donnée (un texte, une image…) en un format fixe à l’aide d’une fonction de hashage.

Ce procédé mathématique permet de crypter une information puisqu’il n’est pas possible de passer du hash à la donnée initiale.

Hashrate

Hashrate

Pour vérifier et valider les transaction sur une blockchain, les mineurs allouent de la puissance de calcul informatique pour résoudre des puzzles mathématiques complexes.

Cette puissance de calcul est mesurée par le hashrate et exprimée en Giga hash par seconde (GH/s), soit le nombre de calculs que les machines peuvent résoudre à la seconde.

ICO (Initial Coin Offering)

ICO (Initial Coin Offering)

Il s’agit d’une méthode de levée de fonds utilisée par les projets blockchain, et permise par la vente d’actifs numériques auprès d’investisseurs.

À l’inverse d’une IPO qui consiste à mettre en vente des actions d’une entreprise, une ICO permet d’acquérir des tokens qui ont vocation à être utilisés par et pour le projet qui souhaite lever des fonds.

La première ICO a eu lieu en 2013 pour le projet Mastercoin (aujourd’hui renommé Omni).

Input – Entrées

Input – Entrées

Dans une transaction Bitcoin, trois éléments sont impliqués : l’entrée (input), la sortie (output) et le montant.

L’entrée désigne l’adresse Bitcoin qui envoi, la sortie l’adresse de celle qui reçoit.

KYC

KYC

Le KYC – de l’anglais Know Your Customer (Connaissance du Client) – est une procédure qui permet à une entreprise de vérifier l’identité et l’intégrité de ses clients.

Pour le client, il s’agit de fournir une ou plusieurs documents (pièce d’identité, justificatif de domicile, photo, vidéo…) et pour l’entreprise de vérifier qu’ils ne sont ni volés ni falsifiés. Ce processus permet de lutter contre le blanchiment d’argent, le financement du terrorisme, l’usurpation d’identité et la fraude.

À l’instar des banques et des sociétés de conseil et d’investissement, les plateformes cryptos doivent soumettre leurs clients à cette procédure.

Lightning Network

Lightning Network

Le fonctionnement normal du réseau Bitcoin ne permet pas de valider plus de 5-7 transactions par seconde.

La technologie Lightning Network permet de dépasser cette limite en générant des réseaux parallèles au réseau principal. Les transactions sont validées en temps réel dans ce canal mais enregistrées sur la blockchain à sa fermeture.

Cette surcouche apporte une meilleure scalabilité ainsi qu’une baisse des frais et de la quantité d’énergie requise. Cette solution doit notamment permettre à Bitcoin de devenir une solution de paiement quotidien, à l’instar des réseaux Visa et Mastercard.

Memory pool

Memory pool

Le memory pool (ou mempool) est une zone d’attente dans laquelle patiente une transaction vérifiée avant d’être captée par un mineur qui la validera dans un bloc.

Plus le réseau est congestionné, plus le mempool se remplit et le délai de validation des transactions augmente.

Metamask

Metamask

Il s’agit d’un wallet crypto très utilisé pour accéder à la blockchain Ethereum.

Il est disponible sous la forme d’une extension web sur le navigateur de Google Chrome et d’une application iOS et Android. Il intègre un navigateur Web3 (décentralisé), détecte les applications décentralisées (ou dApps) et permet d’interagir avec.

Noeud

Noeud

Sur la blockchain, un nœud peut être n’importe quel appareil électronique actif connecté à internet (un ordinateur, un téléphone portable…).

Les nœuds sont répartis partout dans le monde et participent collectivement à l’intégrité du réseau en conservant tout ou partie d’une copie de la blockchain. Cette copie est maintenue à jour grâce à leurs synchronisations mutuelles et régulières.

Certains nœuds dits « complets » participent à la validation des transaction en plus de détenir une copie complète de la blockchain.

Open-source

Open-source

Un logiciel « open source » est conçu pour être ouvert au public ; c’est-à-dire que n’importe qui peut accéder au code, le modifier et le distribuer. Son développement est assuré de façon collaborative, sous le contrôle des membres de la communauté elle-même.

Les applications décentralisées (dApps) développées sur la blockchain Ethereum sont un exemple parfait de logiciels open-source.

Panic Buy

Panic Buy

Cette expression désigne le comportement irréfléchi d’investisseurs qui, par crainte de manquer une opportunité, achètent massivement des titres (actions, cryptomonnaies…).

Panic Sell

Panic Sell

Cette expression désigne l’attitude affolée d’investisseurs qui, face à un marché baissier, vendent leurs actifs (actions, cryptomonnaies…) par crainte qu’il ne continue de baisser.

Paper wallet – Portefeuille papier

Paper wallet – Portefeuille papier

Lorsque vous créez un wallet crypto en ligne, un algorithme va générer votre clé privée : un mot de passe qui permet d’accéder à ses cryptomonnaies. Cette clé doit être conservée en sécurité : en dehors de tout accès internet pour limiter le risque de cyberattaque.

Toutefois, la clé ayant été en contact avec internet, il n’est pas absolument impossible de la pirater. Certains sites internet vous permettent d’imprimer une clé privée sur une feuille de papier sans qu’elle ne soit jamais en contact avec internet.

Ce procédé « papier » est considéré comme le plus sécurisé face au risque de piratage informatique mais il est particulièrement soumis au risque de perte, de vol ou de dégradation.

Payment channel

Payment channel

Un payment channel (ou canal de paiement) désigne une technique qui permet à des utilisateurs d’une blockchain d’effectuer des opérations sans qu’elles n’aient à être valider une à une sur le réseau.

À la fermeture du canal, toutes les transactions sont envoyées en même temps pour validation au réseau. Cette technologie très sécurisée améliore la scalabilité et diminue les frais.

Private key – Clé privée

Private key – Clé privée

Lorsque vous créez un wallet, un algorithme va générer une suite de chiffres et de lettres aléatoire appelée clé privée. Cette clé est comme un mot de passe qui vous permet de vous authentifier, d’accéder et d’interagir avec vos cryptomonnaies sur la blockchain. Elle permet aussi de générer des clés publiques clés publiques qui serviront à désigner votre wallet aux autres utilisateurs. Cette clé doit être conservée à l’abri du vol ou de la perte.

Proof-of-Stake – Preuve d’enjeu

Proof-of-Stake – Preuve d’enjeu

Le proof-of-stake (ou preuve d’enjeu) est un algorithme de consensus qui permet de valider les blocs de transaction sur une blockchain et d’émettre sa cryptomonnaie native.

Dans ce protocole, les détenteurs de la cryptomonnaie participent à la validation des blocs en verrouillant (on dit staker) des cryptomonnaie sur la blockchain. Les validateurs sont élus en fonction de la quantité de cryptomonnaie de déposée, et sont récompensés par une quantité de cryptomonnaie à chaque bloc publié. Ce mécanisme repose sur l’idée que plus une personne dépose de cryptomonnaie sur la blockchain, moins elle a d’intérêt de mener une action malveillante à son encontre.

Ce procédé est beaucoup moins énergivore et plus scalable que le proof-of-work puisqu’il ne requiert pas de minage informatique.

Proof-of-Work – Preuve de travail

Proof-of-Work – Preuve de travail

Cet algorithme de consensus utilisé sur certaines blockchain, notamment Bitcoin, consiste à mettre en concurrence des personnes (les mineurs) pour qu’elles résolvent des problèmes mathématiques complexes.

Pour cela, les mineurs fournissent de la puissance de calcul informatique et le premier qui trouve la solution obtient le droit de valider un groupe de transaction au sein d’un bloc. En récompense, il reçoit une quantité de cryptomonnaies.

Ce procédé est énergivore mais permet une décentralisation optimale puisque pour influer sur le consensus, il faudrait déployer au moins 51% de la puissance de calcul totale des mineurs.

Puissance de calcul

Puissance de calcul

La puissance de calcul désigne le nombre de hash par seconde calculé par une machine voire par le réseau entier. Sur Ethereum la puissance de calcul est de l’ordre de 180 TerraHash/sec. Les machines dépensent de l’électricité afin de pouvoir effectuer ces opérations.

Règles de consensus

Règles de consensus

Les règles de consensus permettent aux full nodes (noeud entier) de rester en consensus avec les autres noeuds du réseau. Il s’agit d’un ensemble spécifique de règles que tous les nodes appliqueront systématiquement lorsqu’on considère la validité d’un bloc et de ses transactions. Elles ne concernent que la validité des blocs et des transactions.
Par exemple, les règles de consensus Ethereum exigent que les blocs ne créent qu’un certain nombre d’ethers. Si un bloc créé plus d’ethers que ce qui est autorisé, tous les full nodes rejetteront ce bloc, même si tous les autres nodes et mineurs du monde l’acceptent. L’ajout de nouvelles règles de consensus peut généralement se faire par soft fork, tandis que la suppression de toute règle de consensus nécessite un hard fork.

Réseau – Network

Réseau – Network

Dans l’univers blockchain, le réseau est une technologie pair-à-pair connectée à internet qui permet de stocker et transmettre des données de façon transparente, sécurisée et décentralisée. Ce réseau est open-source et est régit par un ensemble de règles de consensus acceptées par tous les utilisateurs.
Scalabilité

Scalabilité

Aussi appelée extensibilité, elle désigne la capacité d’une technologie à s’adapter à une augmentation rapide du nombre de données à traiter sans perdre ses qualités intrinsèques. Dans l’exemple d’une blockchain, il s’agit de pouvoir supporter une forte hausse du nombre de transaction à vérifier et valider tout en conservant un niveau de sécurité, de transparence et de décentralisation optimal.
Signature

Signature

Lorsque l’on initie une transaction sur la blockchain, il faut envoyer un « message numérique » aux validateurs pour qu’ils puissent l’exécuter. Ce message contient notamment le montant, l’adresse de l’expéditeur et du destinataire. Ce message doit être signé numériquement en combinant la clé privée de l’expéditeur et un algorithme de chiffrement complexe. Une fois signée, la transaction peut être diffusée à tous les nœuds du réseau. Ils pourront consulter et exécuter la transaction en déchiffrant la signature à l’aide de la clé publique de l’expéditeur. La signature permet de prouver que la transaction est authentique, qu’elle provient bien de l’expéditeur, que la signature est authentique et ne peut être remise en cause.
Smart-contract

Smart-contract

Un smart-contract est un programme informatique implémenté sur la Blockchain Ethereum via une transaction. Les smart-contracts sont alors disponibles pour qui le souhaite et ne peuvent plus être retirés, désactivés ou censurés. Les langages de programmation les plus populaires sont Solidity et plus récemment Vyper. Ces langages compilent en Bytecode afin que les noeuds du réseau Ethereum puissent exécuter les smart-contracts via l’EVM.

Staking

Staking

Ce terme qui signifie « empiler » en anglais désigne le fait de déposer des cryptomonnaies en échange de récompenses. En déposant ses cryptomonnaies, un utilisateur participe directement indirectement à la validation et à la sécurisation des transactions selon le mécanisme du proof-of-stake.

STO – Security Token Offering

STO – Security Token Offering

Tout comme les ICO, une STO est une méthode de levée de fonds qui permet aux investisseurs d’acheter des tokens pour soutenir un projet blockchain auquel il croit, dans le but d’en tirer un retour sur investissement. La différence avec l’ICO repose sur le statut du jeton. Dans une ICO, le token n’a pas de relation directe avec la capitalisation de l’entreprise qui développe le projet, et ne donne lieu à aucun dividende ni aucun droit de vote. Dans une STO, le token octroie un droit sur les dividendes et sur la stratégie du projet. Il est soumis à une règlementation très stricte et est échangé sur des plateformes spécialisées. 

Token

Token

Un token (ou jeton en français) est un actif numérique développé sur une blockchain tierce. Il est très facile à fabriquer car il ne nécessite ni de développement de code, ni création de blockchain. Les tokens les plus connus sont ceux qui évoluent sur la blockchain Ethereum : on les appelle les token ERC-20. 

Vitalik Buterin

Vitalik Buterin

Cet ingénieur et information russo-canadien âgé de 27 ans est le co-fondateur du réseau Ethereum et de Bitcoin Magazine. En 2013, il entreprend en effet le projet de développer un Bitcoin 2.0. C’est deux ans plus tard qu’il déploiera le réseau qu’il nommera Ethereum. En 2021, il a été élu parmi les 100 personnalités les plus influentes par le Time Magazine.

Volatilité

Volatilité

La volatilité mesure la tendance d’un titre financier à fluctuer à la hausse et à la baisse sur une période donnée. On parle donc d’un marché ou d’un actif volatil lorsque les variations de prix sont fortes.

Whales

Whales

Les whales (ou « baleines » en français) sont des personnes ou des groupes de personnes qui détiennent une quantité de cryptomonnaie suffisamment importante pour en faire varier le cours. Prenons Bitcoin pour exemple : on estime que 13% de tous les bitcoins se trouvent sur une centaine de wallets ; sachant qu’il faut posséder au moins 1 000 BTC pour être qualifié de baleine.

Confirmé

AML

AML

Cet acronyme d’Anti-Money Laundering (ou « LCB » pour Lutte Contre le Blanchiment en français) fait référence aux procédures visant à dissuader et empêcher les cas de blanchiment d’argent. Concrètement, la règlementation impose aux entreprises un certain nombre de règles dans le but d’atténuer le risque qu’un client ne dissimule l’origine illicite de son argent dans une transaction. La règlementation AML est étroitement liée à la lutte contre le financement du terrorisme (FT) ; les deux acronymes étant souvent accolés (LCB-FT).
Arbitrage

Arbitrage

Le crypto-arbitrage consiste à tirer profit de la différence de prix entre deux places de marché pour un même actif. Concrètement, il s’agit d’acheter l’actif sur celle où il est moins cher pour le revendre rapidement sur celle où il est plus cher.
ATH / ATL

ATH / ATL

L’ATH (ou All Time High) est le prix le plus élevé jamais atteint par une cryptomonnaie.

À l’inverse, l’ATL (ou All Time Low) est le prix le plus faible jamais atteint.

Atomic Swaps

Atomic Swaps

L’Atomic swap (échange atomique en français) est une façon décentralisée et sécurisée d’échanger des cryptomonnaies qui ne fonctionnent pas sur la même blockchain. Pour simplifier, chaque participant engage une quantité de cryptomonnaie selon un taux de change et des conditions définis dans un smart contract (un programme autonome). Une fois les conditions remplies, le smart contract transfert les fonds à chaque partie. Si elles ne sont pas remplies au terme d’un délai prévu, alors le smart contract remboursera chaque partie.
Bitcoin ATM

Bitcoin ATM

Un ATM (Automatic Teller Machine) est le mot anglais pour désigner un distributeur automatique de billet (DAB). Les Bitcoin ATM permettent d’acheter ou de revendre des Bitcoin (ou d’autres cryptomonnaies) en insérant des billets ou une carte bancaire dans une machine. Sur les plus de 25 000 distributeurs automatiques, plus de 87% sont aux États-Unis.
Bottom / Creux

Bottom / Creux

Lorsque l’on analyse les variations de prix d’une cryptomonnaie, un bottom (creux en français) désigne le prix le plus bas atteint sur une période. Les traders utilisent notamment cette indication pour essayer de prévoir les futurs mouvements.
Burn

Burn

Le coin burn (brulage de pièces) est une pratique qui consiste à détruire volontairement des cryptomonnaie afin d’en réduire la quantité en circulation et ainsi faire monter son prix. En effet, plus un actif est rare, plus il prend de la valeur. Concrètement, il s’agit de transférer cette quantité de cryptomonnaies sur un wallet qui n’a pas de clé pour que personne ne puisse jamais y accéder. Parmi les projets qui détruisent régulièrement des cryptomonnaies, on peut citer le Binance Coin (BNB) ou encore le Stellar (XLM).
CBDC / Monnaie numérique de banque centrale

CBDC / Monnaie numérique de banque centrale

Une central bank digital currency est une monnaie sans pièce ni billet qui fonctionne grâce à la technologie de la blockchain, qui est contrôlée par un état (ou une groupe d’états) et émise par une banque centrale. Parmi les monnaies numériques de banques centrales, on peut citer les projets d’Euro numérique ou encore le crypto-yuan en Chine.
Chart

Chart

Un chart est un graphique de prix d’une cryptomonnaie, exprimée en unités de temps et selon un code couleur défini : vert pour les hausse, rouge pour les baisses.
Correction

Correction

Une correction de marché est un retournement de tendance à la baisse qui fait suite à une longue hausse. En général, elle est soudaine et amène le cours proche de son cours précédent. À l’inverse des bear market qui sont durables, les corrections sont souvent brèves. Les corrections sont considérées comme saines car elles temporisent le marché et limitent la création de bulles spéculatives.
Colored coins

Colored coins

Depuis longtemps, les personnes qui gravitent autour du projet Bitcoin souhaitent utiliser le réseau Bitcoin pour autre chose que du simple transfert de valeur. C’est ainsi que le protocole des colored coins (pièces marquées) a été développé. Pour simplifier, il s’agit d’une surcouche du réseau Bitcoin sur laquelle on pourrait attribuer des caractéristiques à des Bitcoins (les « colorer ») et ainsi, créer des tokens. Parce que les colored coins ne fonctionnent pas sur le réseau principal de Bitcoin, ils n’ont jamais réellement été exploité ; au contraire des tokens ERC-20 développés directement sur le réseau Ethereum.
CPU

CPU

Le CPU (ou unité centrale de traitement » en français) est la partie d’un ordinateur qui fournit la puissance de calcul : le processeur. Au lancement du réseau Bitcoin, les mineurs utilisaient le CPU de leur ordinateur (essentiellement AMD et Intel) pour résoudre les problèmes mathématiques complexes posés par la blockchain. En raison de l’augmentation de la difficulté de ces problèmes (le taux de hashage), les processeurs d’ordinateurs ne sont plus suffisamment rentables et ont été remplacés par des machines de minage dédiées : les asics.
Cryptographie

Cryptographie

Il s’agit d’une méthode mathématique qui permet de protéger des informations et des communications grâce à l’utilisation d’algorithmes qui transforment les messages transmis. Seul le destinataire du message doit pouvoir déchiffrer le message grâce à une clé. La blockchain (traçabilité) et la cryptographie (fiabilité) sont les deux composantes essentielles qui permettent le transfert d’actifs numériques.
DAO / Organisation décentralisée autonome

DAO / Organisation décentralisée autonome

Cet acronyme signifiant Decentralized Autonomous Organization (ou organisation décentralisée autonome) désigne un système organisation dans lequel les décisions ne sont pas prises par une autorité centrale, mais de façon autonome grâce aux smart contracts. Ces contracts intelligents s’exécutent sans intervention humaine selon des conditions définies au préalable. Les conditions appliquées par ces programmes peuvent concerner le vote de décisions stratégiques, la rémunération des détenteurs de tokens ou encore les règles d’émission des tokens.
Day Trading

Day Trading

Il s’agit d’une technique d’investissement qui consiste à acheter et vendre des titres sur de courtes périodes (de quelques minutes à quelques heures). Pour maximiser leurs gains sur de si courtes périodes, les traders utilisent de forts effets de levier. Cette technique présente un fort risque de perte en capital ; a fortiori sur le marché des cryptomonnaies
Attaque DDoS

Attaque DDoS

Une attaque par déni de service (ou Denial of Service attaque en anglais) consiste pour un ou des pirates informatique(s) à tenter de rendre indisponible un service, un serveur ou une infrastructure en ligne. Il existe différents moyens pour y parvenir, le plus fréquent étant d’envoyer simultanément une multitude de requêtes provenant de différents endroits afin d’empêcher le traitement des demandes légitimes. Les plateformes de cryptomonnaies se doivent de mettre en place des procédures pour se protéger de ces cyberattaques.
Difficulté

Difficulté

Sur une blockchain qui repose sur la preuve de travail (proof-of-stake) comme Bitcoin, la validation des transactions requiert la mise en concurrence des participants dans la résolution de problèmes mathématiques complexes. La difficulté des problèmes posés s’adapte à la quantité de participants pour que le délai entre deux validations de blocs (la « target bloc time ») soit respectée. Sur le réseau Bitcoin, elle s’ajuste tous les 2016 blocs (environ 2 semaines).
Dip

Dip

Un dip est une chute brutale du cours d’une cryptomonnaie, souvent causée par une vente massive d’actifs. L’expression « Buy the dip » est souvent utilisée par les investisseurs pour signaler un niveau d’achat intéressant.
Double dépense

Double dépense

Pour doubler la valeur d’un billet de banque, il suffit de le dupliquer : créer un faux billet. Dans le cas d’une cryptomonnaie, il n’est pas possible de fabriquer une fausse crypto. Il serait toutefois possible de faire croire au réseau que le même coin a été dépensé deux fois pour en doubler la valeur : une double dépense. Heureusement, le système de signature numérique et la traçabilité permise par la blockchain protège de ce problème informatique pour la plupart des cryptomonnaies.
Dump

Dump

Un dump (« décharge » en anglais) désigne la chute du cours d’une cryptomonnaie causée par des ventes massives. Les dumps peuvent être causés par une mauvaise nouvelle ou par des baleines qui souhaitent prendre des profits et faire baisser le cours pour acheter moins cher.
ECDSA

ECDSA

Cet acronyme signifie Elliptic curve digital signature algorithm (algorithme de signature numérique à courbe elliptique) et désigne l’algorithme complexe qui garantit que la signature numérique qui authentifie une transaction en cryptomonnaies est unique, irremplaçable et infalsifiable.
Exit scam

Exit scam

Un exit scam (ou arnaque de sortie ») est une escroquerie qui consiste à présenter un projet crypto qui semble sérieux pour lever des fonds auprès d’investisseurs. Une fois les fonds récoltés, les initiateurs du projet disparaissent avec sans laisser de trace.
Faucet / Robinet

Faucet / Robinet

Il s’agit d’un site internet qui distribue à ses visiteurs de petites quantité de cryptomonnaies en échange de tâches qu’ils devront effectuer (répondre à un quizz, regarder une publicité…). Ce procédé vise à faire interagir les visiteurs du site tout en démocratisant les cryptomonnaies.
Ferme de Minage

Ferme de Minage

Il s’agit d’un endroit où sont regroupés une grande quantité de machines (appelées « asics ») dont la puissance de calcul informatique est utilisée pour résoudre les problèmes mathématiques posés par la blockchain afin de valider les transactions. Ces fermes sont financées par les récompenses obtenues par leur activité de minage.
FOMO (Fear Of Missing Out)

FOMO (Fear Of Missing Out)

Cette expression signifiant Fear of Missing Out désigne la peur de passer à côté d’une opportunité. Dans le secteur des cryptomonnaies, cette peur mène certains investisseurs à acheter une cryptomonnaies dont le prix monte soudainement, de peur de ne pouvoir l’acquérir plus tard au même prix.
Fongibilité

Fongibilité

Un bien fongible peut être échangé contre un bien du même type puisqu’ils sont tous identiques et ont tous la même valeur. C’est le cas des pièces, des billets et des Bitcoins par exemple.
Gossip Protocol

Gossip Protocol

Ce protocole dit « de bavardage » est un algorithme qui permet de partager une information à tous les membres d’un réseau pair à pair.
Last

Last

Sur un exchange, le prix d’un actif est une information essentielle et il existe deux façon de l’exprimer. Le « last », aussi appelé « Dernier prix » exprime le dernier prix auquel cet actif s’est échangé sur l’exchange. L’autre est appelé « prix Repère » est calculé en tenant compte d’un panier de prix provenant de plusieurs exchanges.
Laszlo Hanyecz

Laszlo Hanyecz

Ce programmeur américain s’est fait connaître en étant le premier à effectuer un paiement en Bitcoin, et pas n’importe quel achat ! Le 22 mai 2010, il publie un message sur un forum dans lequel il propose 10 000 BTC pour 2 pizzas. Quelques jours plus tard, un autre utilisateur du forum accepte de lui faire livrer des pizzas de la chaîne Papa John’s contre la somme prévue. En souvenir de cette anecdote, le 22 mai a été baptisé Pizza Bitcoin Day.
Limit Buy / Limit Sell

Limit Buy / Limit Sell

Sur un exchange de cryptomonnaie, les investisseurs doivent passer des ordres d’achat et de vente. L’ordre peut être immédiat : au prix du marché, ou différé : à un prix fixé à l’avance. Dans ce cas, on parle de limit buy (achat différé) et limite sell (vente différée).
Market Buy

Market Buy

Sur un exchange de cryptomonnaie, les investisseurs doivent passer des ordres d’achat et de vente. Si l’investisseur veut acheter rapidement, il peut passer un ordre d’achat immédiat qui sera exécuté au prix du marché.
Market Sell

Market Sell

Sur un exchange de cryptomonnaie, les investisseurs doivent passer des ordres d’achat et de vente. Si l’investisseur veut vendre rapidement, il peut passer un ordre de vente immédiat qui sera exécuté au prix du marché.
 Maximalist

Maximalist

Les personnes dites « maximalist » ou « Bitcoin maximalist » ont investi dans le Bitcoin à l’époque où sa valeur était faible. Ils effectuent la plupart de leur achats et transactions en BTC et considère qu’elle est la seule cryptomonnaie d’avenir.
Mt. Gox

Mt. Gox

À l’origine, cette plateforme d’échange japonaise lancée en 2009 proposait des cartes à jouer et à collectionner. En 2010, le Français Mark Karpeles rachète la société qui va devenir en quelques mois la première plateforme d’échange de Bitcoin du monde et va traiter jusqu’à 90% du volume d’échange total de Bitcoin. En février 2014, Mark Karpeles démissionne et Mt. Gox fait faillite, victime de multiples cyberattaques et plus de 850 000 bitcoins manquants.
NFT (Non Fungible Token)

NFT (Non Fungible Token)

À l’inverse d’une pièce de monnaie ou d’un Bitcoin, un token non fongible est un actif qui ne peut pas être échangé contre un autre du même type car il dispose de caractéristiques uniques. Ses qualités uniques donne sa rareté au token, et donc sa valeur. Les NFT peuvent représenter des images, des fichiers audio ou même des objets à collectionner.

Pool

Pool

Un pool (piscine en français) est un groupe de mineurs qui se rassemblent pour mettre en commun leur puissance de calcul informatique pour miner des cryptomonnaies. Un mining pool optimise les chance de résoudre les problèmes mathématiques et donc de recevoir les récompenses octroyées au moment de la validation d’un bloc de transactions.
Refill

Refill

Cette expression signifiant « recharger » consiste à racheter une cryptomonnaie que l’on possède déjà dans le but de diminuer son prix moyen d’acquisition.
Rig de Minage

Rig de Minage

Il s’agit d’un ordinateur (ou une plateforme) spécifiquement conçu pour miner des cryptomonnaies. Il possède une puissance de calcul très important, lui permettant de valider un maximum de blocs sur une blockchain en proof-of-stake.
Short

Short

Aussi appelé vente à découvert, le fait de « shorter » une cryptomonnaie consiste à parier sur la baisse de son prix. Concrètement, l’investisseur emprunte l’actif à un certain prix qui le revend immédiatement. Il attend que le titre chute pour racheter l’actif et ainsi rembourser le prêteur. Ce faisant, il génère un profit sur la différence entre le prix de vente et celui du rachat. L’inverse du « short » est appelé « long ».
Sidechain

Sidechain

Une sidechain (chaîne latérale en français) désigne une blockchain développée « à côté » d’une blockchain principale dans le but de fluidifier la validation des transactions. En effet, une blockchain a une capacité de traitement des transactions limitée – sur Bitcoin, c’est environ 7-8 par seconde. Une sidechain permet de traiter un nombre important de transactions sans encombrer le réseau principal, et de les ajouter à la chaîne de blocs toutes en même temps.
Silk Road

Silk Road

Lancé en 2011, ce site hébergé sur le dark net (la face sombre d’internet), mettait en relation de manière anonyme des acheteurs et des vendeurs de produits illicites (stupéfiants, armes…). L’ensemble des transactions étaient réalisées en Bitcoin, pour un total estimé de 1,2 milliards de dollars. En 2013, le FBI arrête le chef du réseau : il s’agit d’un américain âgé de 28 ans nommé Ross Ulbricht. Il se faisait appeler Dread Pirate Roberts et aurait accumulé 18 millions de dollars.
Support

Support

En trading, on parle de zone de « support » pour définir un niveau de prix de l’actif auquel un mouvement baisser s’interrompt. Concrètement, il s’agit d’un prix au-dessous duquel le marché ne souhaite pas vendre. Le support peut être l’occasion d’acheter des actifs puisqu’il n’est pas rare de voir le cours rebondir dessus. L’inverse du support est appelé résistance.
Take Profit

Take Profit

Parce qu’il n’est pas toujours devant son écran, un trader peut définir à l’avance des prix de clôture de ses position. Le take profit est un « objectif de gain » puisqu’il fixé le prix auquel le trader souhaite fermer sa position lorsqu’elle est gagnante. Selon les plateformes, il est possible de fixer un prix ou un pourcentage de gain. L’inverse du Take profit est le « Stop Loss », ou « garantie de perte ».
Testnet

Testnet

Comme son nom l’indique, un testnet est un réseau parallèle qui permet de réaliser des tests et expériences avant le lancement d’un projet blockchain sans altérer la chaîne principale. Les cryptomonnaies qui y sont générées n’ont aucune valeur et la difficulté est ajustée à la baisse.

 

To the moon

To the moon

Cette expression très utilisée dans l’univers des cryptomonnaies pourrait se traduire par « vers la Lune ». On parle d’un mouvement « to the Moon » lorsque le prix d’une crypto monte si fort qu’on pourrait croire (espérer ?) qu’elle ne s’arrêtera jamais ; comme une fusée qui se propulserait vers l’espace.
Trading Bot

Trading Bot

Aussi appelé automated trading system (système de trading automatisé) ou Expert Advisor, un trading bot est un logiciel qui exécute des ordres d’achat et de vente sur un exchange de cryptomonnaie à votre place. Ses actions sont fondées sur une analyse des différents indicateurs de marché et actionnée par un algorithme mathématique et une intelligence artificielle développées par ses développeurs. Soyez prudents et effectuez vos recherches avant d’en choisir un, les arnaques ne sont pas rares.
Vanity Address

Vanity Address

À l’inverse des adresses crypto générées aléatoirement par le wallet, une vanity address (ou adresse de vanité) est spéciale. Elle comporte des caractères, un mot ou un message personnalisés. Ces adresses disposent des mêmes caractéristiques de sécurité que les adresses classiques. Toutefois, les logiciels en ligne qui proposent de générer ce type d’adresses peuvent être défaillants, ou même attaqués.
Wall / Mur

Wall / Mur

En trading, les murs sont une représentation graphique d’une grande quantité d’ordre d’achat (buy walls) ou de vente (sell walls). Lorsque l’on investit sur du court terme (à la journée ou à la semaine), cet indicateur permet de connaître le niveau de prix auquel les autres prévoient d’acheter/vendre. Comme n’importe quel indicateur, il doit être pris avec des pincettes : les baleines manipulent souvent ces murs pour tromper les investisseurs.

Expert

Adresse

Adresse

Une adresse crypto (ou clé publique) peut être comparée à un RIB puisqu’elle permet à quelqu’un de vous envoyer des cryptomonnaies. Elle est générée à partir de la clé privée du portefeuille (wallet) auquel elle correspond et est constituée d’une suite aléatoire de chiffres et de lettres. Elle peut être transmise telle quelle ou sous la forme d’un QR Code, et ne permet pas d’accéder aux fonds conservés sur le wallet.
Beacon Chain (Eth 2.0)

Beacon Chain (Eth 2.0)

Lancée le 1er décembre 2020 à 12:00 UTC, la Beacon Chain est la nouvelle blockchain Ethereum, aussi appelée Ethereum 2.0. Au contraire du réseau Ethereum historique, il fonctionne en proof-of-stake. La validation des blocs se fait par la preuve de détention d’Ethers et plus par la résolution de calculs complexes nécessitant une puissance informatique importante. La preuve d’enjeu est beaucoup plus scalable et infiniment moins énergivore que la preuve de travail (ou proof-of-stake). Les deux chaînes coexisteront pour assurer la continuité des déploiement final de la Beacon Chain, prévue en 2022. À ce moment-là, les détenteurs d’Ethers pourront transférer leurs cryptomonnaies sur cette nouvelle chaîne.
Bytecode

Bytecode

Pour que n’importe quel développeur puisse programmer des smart contracts sur une blockchain, il est indispensable de se mettre d’accord sur un langage compréhensible par le plus grand nombre. Une fois codé dans ce langage, il doit être compilée en bytecode (un langage intermédiaire) pour être analysé, traduit et exécuté par un « interpréteur » appelé machine virtuelle. Sur le réseau Ethereum, le langage utilisé par tous est appelé Solidity et la machine virtuelle EVM pour Ethereum Virtual Machine.
Byzantium

Byzantium

Le déploiement du réseau Ethereum a toujours suivit une feuille de route définie, et dont chaque étape porte un nom (Frontier, Homestead, Metropolis, Serenity…). Chacune d’entre elle doit apporter des améliorations ou de nouvelles fonctionnalités (smart contract, dApps…). La troisième étape – Metropolis – comporte deux étapes nommées Byzantium et Constantinople. Lancée en octobre 2017, la mise à jour Byzantium apporte dix améliorations (appelées Ethereum Improvement Proposals, ou EIP), parmi lesquelles une modification de l’algorithme qui détermine la difficulté de minage en vue de la transition vers le réseau en proof-of-stake Ethreum 2.0.
Casper

Casper

Dans le but d’améliorer sa scalabilité et de réduire sa consommation énergétique, le protocole Ethereum a entamé sa transition du proof-of-work (minage des blocs à l’aide de machines puissantes et énergivores) au proof-of-stake (validation des blocs par le dépôt de cryptomonnaie sur le réseau). Casper est le programme choisi pour permettre ce changement d’algorithme : suppression du processus de minage d’Ethereum, validation des blocs par les utilisateurs en fonction du montant d’Ethers staké… La société qui exploite ce programme – Casper Network – a récemment fait part de son intention de développer sa propre blockchain.
Clés PGP

Clés PGP

Les clés PGP (Pretty Good Privacy pour « assez bon niveau de confidentialité ») sont des clés de chiffrement permettant de sécuriser des données (mail, messages…). Lorsque vous créez une clé PGP, ce sont deux clés qui sont générées : une clé publique (permettant de recevoir des données) et une clé privée (permettant de déchiffrer les données reçus).
Cryptographie asymétrique

Cryptographie asymétrique

Il s’agit d’un domaine des mathématique qui permet de chiffrer une donnée dans le but de la sécuriser et de l’authentifier au moment de l’envoyer. Lorsqu’elle est asymétrique, la cryptographie intègre deux clés : une publique (qui chiffre) et une privée (qui déchiffre). L’inverse est la cryptographie symétrique fonctionne à l’aide d’une clé unique partagée par les parties autorisées.

 

De Merkle tree – Arbre de Merkle

De Merkle tree – Arbre de Merkle

Le déploiement de la blockchain Ethereum ne s’est pas fait en une seule fois, et n’est d’ailleurs pas achevé. En effet, la feuille de route prévoit 4 grandes étapes majeurs appelées Frontier, Homestead, Metropolis et Serenity. Metropolis est donc la troisième fut implémentée en deux fois : en octobre 2017 (mise à jour Byzantium) et en mars 2019 (mise à jour Constantinople). Ces mises à jour successives ont notamment modifié les règles du difficulty bomb, réduit le nombre d’Ethers émis par blocs, amélioré la cryptographie et apporté l’inclusion de Zk-snarks (preuves à divulgation nulle de connaissance).
Difficulty Bomb – bombe de difficulté

Difficulty Bomb – bombe de difficulté

Sur la blockchain Ethereum, la validation des blocs se fait par la résolution de problèmes mathématiques complexes par des machines dédiées gérées par les mineurs ; on parle de proof-of-work. Ce procédé ne permet pas de traiter une grande quantité de transaction à la seconde (15 maximum) et est très énergivore. Afin de corriger ces contraintes, le réseau a entamé sa transition vers le proof-of-stake qui consiste pour les validateurs à valider les transactions en verrouillant une quantité de cryptomonnaie sur la blockchain. De façon à éviter un fork au moment du passage d’une preuve à l’autre, le paramètre « difficulty bomb » prévoit une augmentation croissante de la difficulté des problèmes posés aux mineurs sur la chaîne en proof-of-work. Ainsi, plus il faudra de puissance de calcul pour valider les blocs, moins le modèle sera rentable. In fine, ils n’auront plus aucun intérêt à utiliser cette chaîne, au profit de l’autre.
EIP – Ethereum Improvement Proposal

EIP – Ethereum Improvement Proposal

Sur la blockchain Ethereum, l’ensemble des améliorations et ajouts de fonctionnalités sont soumis à l’approbation de la fondation sous la forme d’EIP (proposition d’amélioration de Ethereum). Elles peuvent être proposées par n’importe quel membre de la communauté.
ENS – Ethereum Name Service

ENS – Ethereum Name Service

Comme sur internet où les noms de domaines sont utilisés pour accéder à une adresse de façon simple et pratique, le réseau Ethereum permet de se connecter aux adresses ETH grâce au standard ENS (Ethereum Name Service). Il traduit une adresse complexe en un format court et convivial : bykep.eth par exemple.
ERC-1155

ERC-1155

Il s’agit d’un ensemble de règles qui régit les tokens non-fongibles (NFT) sur la blockchain Ethereum qui vient améliorer le standard ERC-721. Lancé en 2018, il permet de gérer un infinité de NFT sur un même smart contract alors que le précédent en nécessitait un pour chaque token. Grâce à lui, plusieurs NFT peuvent désormais être envoyés en une seule transaction et différents types de NFTs peuvent être échangés de façon sécurisée et décentralisée (atomic swap).
ERC-1400

ERC-1400

Ce standard appliqué à la blockchain Ethereum régit l’ensemble des règles que doivent respecter les security tokens sur la blockchain Ethereum. À l’inverse des utility tokens qui apportent à leur détenteurs un accès à un écosystème et des avantagés liés à son utilisation, un security token (aussi appelé investment ou equity token) donne accès une part de l’entreprise qui l’a émis. À l’instar des actions, les security tokens sont encadrés par une règlementation très stricte : celle de la bourse. Ainsi, le standard ERC-1400 intègre notamment la possibilité pour les autorités d’intervenir dans les transactions.

 

Ethash

Ethash

Aussi connu sous le nom de Ethash-Dague-Hashimoto, il s’agit de l’algorithme de minage utilisé par la blockchain Ethereum. Il est considéré comme l’un des plus efficace de la cryptographie et permet aux clients dits « légers » de participer au minage. En effet, il permet le minage avec les processeurs graphiques (GPUs), très accessibles au grand public. Cette démocratisation du minage permet une forte résistance aux ASIC, ces machines coûteuses réservés aux mineurs aisés ; et donc une meilleure décentralisation.
EVM – Ethereum Virtual Machine

EVM – Ethereum Virtual Machine

La machine virtuelle du réseau Ethereum est un système dit « Turing Complet », du nom du mathématicien britannique qui parvient à décrypter la machine Enigma pendant la seconde guerre mondiale. Elle permet de déploiement et l’exécution des smart contracts et des dApps en échange de frais, appelés gas. Cette machine compile les instructions écrites en langage Solidity en Bytecode avant de les interprète pour les exécuter. Ainsi, elle garantit la validation des transactions mais intervient également le calcul des frais.
eWASM

eWASM

La WebAssembly est une innovation qui vise à améliorer l’exécution des smart contract sur la blockchain Ethereum, en remplacement de la machine virtuelle actuelle (appelée EVM pour Ethereum Virtual Machine). Elle doit notamment permettre une plus grande vitesse d’exécution des contracts intelligents et une meilleure flexibilité du code grâce à une compatibilité avec de nouveaux langages (Go, C, C++, Rust). En novembre 2020, un chercheur de la fondation Ethereum (M. Ryan) a annoncé que l’intégration de l’eWASM n’était plus une priorité car « les gains d’efficacité promis pourraient être minimes par rapport à […] l’EVM ».
Frontier

Frontier

Il s’agit de la première des 4 phases de développement du protocole Ethereum, lancée en août 2015. Elle vise à publier une première version publique de la blockchain pour les développeurs. Sur la feuille de route figuraient les phases Homestead (2016) pour le déploiement des dApps, Metropolis (2017) pour le lancement auprès du grand public et Serenity (en cours) qui prévoit le passage du proof-of-work au proof-of-stake.

 

Geth

Geth

L’interface en ligne Geth (pour Go Ethereum) est compatible avec Windows et Linux et permet de contribuer au fonctionnement de la blockchain Ethereum en tant que nœud. Rappelons qu’un nœud est un acteur de la blockchain qui va sauvegarder tout ou partie de la blockchain et/ou participer à la validation des transactions qui s’y déroulent.
Github

Github

Cette société fondée en 2007 et propriété du groupe Microsoft depuis 2018 est une plateforme en ligne qui permet à plus de 65 millions de personnes de développer et de d’entretenir des logiciels au sein d’une communauté ouverte. Elle est très utilisée dans le secteur des cryptomonnaie.
GPU – Graphic Processing Unit.

GPU – Graphic Processing Unit.

Le GPU (ou unité de traitement graphique en français) est une puce informatique placée sur la carte graphique dédiée à l’optimisation de l’affichage (rendu d’image, 2D, 3D, vidéo…). L’algorithme de minage de la blockchain Ethereum Ethash rend accessible l’activité de minage aux particuliers en permettant l’utilisation des GPUs, beaucoup plus accessible que les ASIC.
Homestead

Homestead

Son développement ayant début en décembre 2013, ce n’est qu’en juillet 2015 que la blockchain Ethereum a été lancée. Toutefois, de nombreuses versions ont été déployée afin d’en améliorer les performances et l’utilisation. Sur les 4 phases majeurs que compte la feuille de route du projet, Homestead est la deuxième. Lancée en mars 2016, elle permit notamment de passer d’un réseau test réservé aux développeurs à un réseau sécurisé permettant le déploiement des applications décentralisées (dApps).
Metropolis

Metropolis

Metropolis est la troisième phase du développement d’Ethereum après Frontier et Homestead. Cette phase est déployée en deux temps, premièrement avec Byzantium et enfin avec Constantinople.

Multisignature – Multisig

Multisignature – Multisig

En général, l’accès aux cryptomonnaies se fait à l’aide d’une clé privée qui permet d’authentifier le propriétaire. Cette clé privée est conservée dans un portefeuille électronique. Dans le cas où la sécurité de la clé privée ne peut être confiée à une seule personne, il est possible d’opter pour un wallet « multisignature ». Ce type de compte nécessite l’intervention d’au moins deux personnes pour autoriser une transaction : c’est très utile dans le cas des comptes joints ou des wallets d’entreprise par exemple.
Nonce

Nonce

Ce mot inspiré d’une expression ancienne signifiant « pour un but particulier » désigne un nombre aléatoire (ou quasi-aléatoire) émis par un protocole. Les nonces sont notamment très utilisé en cryptographie et inclut souvent un horodatage. Lorsqu’une transaction se présente sur la blockchain, elle doit être convertie dans un format lisible par les membres du réseau à l’aide d’un algorithme de hachage. Les nonces sont utilisées dans cette fonction pour être sûr qu’elle ne puisse être utilisée à nouveau lors d’une attaque par rejeu par exemple.
Off-chain transactions – Transactions Hors-Chaîne

Off-chain transactions – Transactions Hors-Chaîne

À l’inverse d’une transaction on chain (en ligne) qui se déroule et s’inscrit sur une blockchain, une transaction off chain s’effectue en dehors de la blockchain. Une blockchain peut avoir recours aux transactions off chain pour augmenter sa scalabilité : c’est notamment le cas du Lightning network. Ainsi, des transactions seront vérifiées en dehors du réseau principal sur une chaîne parallèle (on parle de sidechain) avant d’être validées et inscrites toutes en même temps sur la blockchain principale.
Parity

Parity

Développé par Parity Technologie, Parity est un des clients Ethereum les plus utilisés sur la blockchain du même nom. Un client Ethereum est une application logicielle qui permet d’implémenter les spécification Ethereum pour exécuter un nœud et communiquer avec les autres via le réseau pair-à-pair (P2P). Elle utilise le langage Rust et est aussi bien compatible avec la blockchain Eth 1.0 (en proof-of-work) qu’avec l’Eth 2.0 en proof-of-stake.
Raiden Network

Raiden Network

Les blockchains peuvent être confrontées à des problèmes de scalabilité, c’est-à-dire dans leur capacité à absorber une hausse du nombre de transactions. Pour dépasser ce problème, le Raiden Network permet la création de canaux de paiement (ou payment chanel) dans lesquels pourront être vérifiée une infinité de transactions sans encombrer le réseau principal. À la fermeture de ce canal, l’ensemble des transactions sont envoyées à la blockchain principale pour être validées et inscrites. L’équivalent du Raiden Network pour Bitcoin est appelé Lightning Network.
Serenity

Serenity

Parmi les 4 grandes étapes du déploiement du réseau Ethereum, Serenity est la quatrième et dernière. Elle fait suite aux mises à jour Frontier, Homestead et Metropolis et doit implémenter la nouvelle blockchain Eth 2.0, en proof-of-stake. Pour rappel, la validation des blocs sur Ethereum se fait actuellement en proof-of-work (par la résolution de problèmes mathématiques complexes à l’aide de machines informatiques). Il est prévu qu’elle passe à un mécanisme plus scalable et moins énergivore : le proof-of-stake. Ce nouvel algorithme de consensus de validation des transactions sera permis par le verrouillage d’Ethers sur la blockchain : les validateurs seront choisis en fonction de la quantité déposée. La date de déploiement de cette nouvelle blockchain est prévue en 2022.

 

SHA et SHA-256

SHA et SHA-256

Le SHA – Secure Hash Algorithm – est un type d’algorithmes de hashage utilisé pour transformer une donnée d’un format quelconque (image, texte…) en un format défini pour en générer des condensats uniques. Cet algorithme est notamment utilisé pour signer numériquement les transactions émises sur la blockchain afin de les authentifier et les sécuriser. La version SHA 2 (qui inclut le type SHA 256) remplace le SHA 0 devenu obsolète et a vocation à remplacer le SHA 1 actuellement utilisé, pour rendre le hashage plus résistant aux attaques.
Sharding

Sharding

Le sharding (« partitionnement » en anglais) est une technique utilisée par certaines blockchains pour répondre au principal problème auxquelles elles sont confrontées : la scalabilité. C’est-à-dire la capacité d’un réseau à absorber une augmentation du nombre de données à traiter sans remettre en causes ses qualités (décentralisation et sécurité dans le cas d’une blockchain). Cette technique consiste à diviser une blockchain en de multiples fragments (des shards) contenant une partie des données de la blockchain (les transactions, l’historique et les nœuds) telles des sous-blockchains. Au moment de valider un bloc, il ne faudrait télécharger que les données du shard, et non l’ensemble de la blockchain. Ainsi, la scalabilité serait bien mieux assurée puisque le volume de données grandement réduit. La blockchain Ethereum s’intéresse particulièrement à cette méthode pour augmenter sa mise à l’échelle.
Solidity

Solidity

Pour développer un smart contract sur la blockchain Ethereum, les développeurs doivent utilise un langage de programmation compréhensible par tous. Celui qui est le plus utilisé s’appelle Solidity et se rapproche beaucoup des langages Javascript et C++. Avant d’être exécutée, les instructions doivent être compilée en bytecode (un langage intermédiaire) pour être in fine analysées et traduite par la machine virtuelle d’Ethereum (EVM).
State channels

State channels

À l’instar des canaux de paiement (payment channel), les state channels permettent d’effectuer des transactions en dehors de la blockchain principale, au sein d’un canal confidentiel ouvert entre deux parties. À la fermeture de ce canal, l’ensemble des transactions sont validées et inscrites dans la blockchain. Ces canaux off chain permettent de ne pas encombrer la chaîne principale et donc d’accroitre sa scalabilité. La principale différence avec les canaux de paiement est que les state channels ne prennent pas uniquement en charge des paiements mais également les contrats intelligents et les d’Apps pour transmettre des mises à jour d’État. Dans l’exemple d’une partie d’échec, l’ensemble des nœuds du réseau n’a pas besoin de vérifier l’ensemble des coups joués. Alors seul le résultat de la partie (victoire ou échec) sera vérifié et validé sur la blockchain. Cela permet une moindre quantité de données à traiter et donc une meilleur scalabilité.
Timestamp

Timestamp

Sur une blockchain, le timestamp (ou horodatage) est une des données stockées dans chaque bloc. Il permet de définir le moment où il a été validé sur la blockchain. Cet enjeu est essentiel car il permet déterminer le délai entre deux blocs et donc d’ajuster la difficulté des problèmes mathématiques posés aux mineurs afin respecter la « target block time ». Pour de garantir l’intégrité des horodatages, deux données sont impliquées : le moment où le bloc est imputé au mineur, et le moment où le bloc est créé. Le fuseau horaire retenu par la blockchain Bitcoin est l’UTC±0, soit l’heure de Londres.
Turing-complete

Turing-complete

Cette expression reprend le nom d’Alan Turing (le mathématicien britannique qui réussit à déchiffrer la machine nazie Enigma) qui a conçu une machine capable de représenter n’importe quel fonction calculable. Ainsi, est qualifié de Turing-complet tout langage informatique capable d’en faire autant. Tout comme les langages Java, C ou encore SQL:1999, les langage utilisés pour développer les smart contracts Ethereum Solidity et Vyper sont Turing complets.

TXID

TXID

Le TXID est le numéro unique d’identification d’une transaction Bitcoin. Il est obtenu à l’aide d’un algorithme de chiffrement (la fonction de hachage) qui transforme la transaction dans un format unique et lisible par tous les membres du réseau. Ce TXID est comme empreinte qui permet de suivre et retrouver une transaction sur la blockchain sur des sites tels que www.blockcypher.com.
Uncle blocs

Uncle blocs

Un uncle bloc (bloc oncle) est créé lorsque deux mineurs minent le même bloc en même temps sur la blockchain Ethereum. Cet événement est très rare et prévu dans le code source du réseau : l’un des deux blocs est rejeté et est appelé « uncle bloc ». Sur la blockchain Bitcoin, il existe ce type de blocs, ils sont appelés « orphan block » (bloc orphelin). La principale différence entre les deux réside dans la rémunération des mineurs qui les minent : sur Ethereum ils sont récompensés alors qu’ils ne le sont pas sur Bitcoin.
Vyper

Vyper

La blockchain Ethereum est un réseau open-source sur lequel n’importe quel développeur peut développer des programmes autonomes appelés smart contracts. Afin que ces programmes soient lisibles par tous, les développeurs utilisent des langages informatiques communs. Les deux plus utilisés sont Solidity et Vyper. Ce dernier est syntaxiquement similaire au langage Python et gagne du terrain sur l’historique Solidity.
Web3

Web3

Lancé en 1991, le Web a beaucoup évolué passant d’un simple portail d’information (Web1) à une plateforme collaborative (Web2). Avec l’émergence de la technologie de la blockchain, s’est développé un Web3 où l’utilisateur contrôle ses données et utilise les cryptomonnaies pour effectuer ses achats et transactions. À l’inverse des versions précédentes, le Web3 n’est contrôlé par aucune entreprise, les domaines appartiennent pour toujours à leur propriétaires et sa sécurité est assurée par sa décentralisation.

Comments are closed.