Cours de l'Ethereum : comment évolue-t-il ?

L’Ether est la cryptomonnaie native de la blockchain Ethereum, la plus utilisée aujourd’hui. En 5 ans, le cours de l’Ethereum a été multiplié par 400 pour dépasser aujourd’hui les 4 000$. 

Certes cette hausse ne s’est pas faite en une fois mais la tendance est assurément haussière. Vous vous êtes sans doute déjà demandé ce qui fait varier le prix de l’Ether ? On vous explique ici les facteurs qui interviennent dans la détermination du cours de l’Ethereum.

Qu’est-ce que l’Ethereum ?

Avant de s’intéresser au cours de l’Ethereum, rappelons qu’il s’agit d’une blockchain décentralisée créée par le Vitalik Buterin. En 2015, ce russo-canadien souhaite développer un Bitcoin 2.0. Comme lui, l’Ethereum permet d’effectuer des transactions de façon décentralisée, sécurisée et transparente.  Mais en plus, il fait office d’ordinateur universel. En effet, il permet aux développeurs du monde entier d’y construire des applications décentralisées.

Ces applications sont « open-source » et utilisent la technologie de la blockchain et des smart contracts. Ces contrats intelligents sont des programmes informatiques qui s’exécutent automatiquement selon des conditions définies au préalable. Grâce à eux, ces applications résistent aux temps d’arrêt, à la fraude et à la censure.

L’attrait et l’utilisation croissants pour cette blockchain font progresser le cours de l’Ethereum.

L'historique du cours de l'Ethereum

Depuis son lancement, le cours de l’Ethereum a progressé d’environ 500 000 % ! Cette hausse ne s’est pas faite sans accroc, on vous raconte ce qui s’est passé entre-temps.

Lors de sa première année, l’Ethereum va osciller entre son prix d’émission (environ 0,4$) et les 2,50$. Il faudra attendre juin 2016 pour que son prix atteigne les 20 $. 

Lors du bull run de 2017-2018, l’Ethereum va littéralement exploser et passer successivement à 350$, 900$ et enfin 1400$. Le cours va ensuite diminuer progressivement pendant toute l’année 2018 pour finir sous les 100 $. Le prix va ensuite connaître une longue période de consolidation entre 100$ et 350$ qui durera jusqu’en septembre 2020. Jusqu’en décembre, le prix de l’Ethereum va lentement monter pour atteindre 735$ à la fin de l’année.

De janvier à mai 2021, l’Ethereum va voir son prix multiplier par 4 pour atteindre un prix-record à 4 362 $. Ensuite, le cours connaît une forte baisse et une longue période de consolidation entre 1700$ et 2500$. Depuis, il va de nouveau croître pour se maintenir autour de 4 100 $.

Ces fortes variations font de l’Ethereum un actif « volatil », il n’est d’ailleurs pas rare de voir son prix varier de plus ou moins 5% dans la même journée.

Comment sont fabriqués les Ethers ? 

Pour fonctionner, la blockchain Ethereum a besoin de « carburant » : l’Ether. Cette cryptomonnaie native est émise à chaque validation de blocs, soit toutes les 14 secondes environ.

À l’inverse de Bitcoin, l’émission de l’Ether n’est pas plafonnée. Depuis sa création, plus de 118 millions d’Ethers ont été fabriqués.

Le cours de l'Ethereum n'est pas régulé

Les banques centrales contrôlent le cours d’une devise en décidant de créer ou de supprimer de la monnaie. En effet, plus une monnaie est émise, elle perdra de valeur et inversement.

L’Ethereum est une monnaie programmable, c’est-à-dire que son rythme d’émission est inscrit dans le code source du protocole. Aucune autorité centrale ne peut déroger à ce rythme prédéfini. Intéressons-nous donc à ce qui fait varier le cours de l’Ethereum.

Qui détermine le cours de l'Ethereum

Comme n’importe quelle devise, l’Ethereum est échangé sur des places de marché. Ces bourses d’échanges mettent en relation des acheteurs (la demande) et des vendeurs (l’offre). Chacun fixe un prix dans un carnet, et lorsque les deux se rencontrent, la transaction se fait. Cette opération se renouvelle chaque seconde, c’est de cette manière que s’établit cours de l’Ethereum est fixé.

Lorsque la demande est plus forte que l’offre, le prix a tendance à monter et inversement, comme dans l’immobilier. Si un appartement est très demandé, les acheteurs seront prêts à le payer plus cher pour l’acquérir. Inversement, si le vendeur peine à trouver un acheteur, il devra baisser son prix pour trouver preneur.

L'offre et la demande d'Ethereum

Comme n’importe quel actif, la demande en Ethereum dépend de son adoption, de l’actualité et des mouvements de spéculation. L’exemple de la blockchain Ethereum est intéressant en matière d’adoption.

Nous avons assisté ces derniers mois à deux révolutions majeures dans le secteur des cryptomonnaies. D’une part, la finance décentralisée (ou DeFi) qui offre des services d’emprunt, de prêt et d’échanges de crypto. D’autre part, les token non fongibles (ou NFT), ces objets uniques et rares sur la blockchain. La plupart des projets autour de ces secteurs ont été développés sur Ethereum. Ainsi, l’engouement qu’ils ont suscité a provoqué une hausse du nombre de transactions, et donc sur la demande d’Ethers.

Pourquoi le cours de l'Ethereum est-il si volatil ?

Pour faire varier le cours d’un actif, il faut qu’une certaine quantité de l’actif soit achetée ou vendue. Plus la capitalisation totale de l’actif est importante, plus il faudra de quantité d’actif pour le faire varier. Or, le capitalisation boursière du marché des cryptomonnaie est relativement faible. Il avoisine les 2 500 milliards de dollars quand le marché action mondial en pèse plus de 100 000 milliards. Par conséquent, il suffit d’un capital relativement faible pour influencer les cours de façon importante.

Qu’est-ce qu’une baleine d’Ethereum ? 

Les personnes qui possèdent une grande quantité d’Ethers sont appelées des baleines. On estime qu’environ 10% des adresses ETH possèdent 20% de tous les Ethers en circulation. À ce niveau de concentration, la moindre de leur transaction se chiffre en milliards de dollars. Elles ont donc le pouvoir d’influer directement sur le cours de l’Ethereum.

L’impact des mineurs sur le cours de l’Ethereum ? 

À ce jour, la blockchain Ethereum utilise le même algorithme de validation que Bitcoin : le proof-of-work. La blockchain met en concurrence des personnes qui fournissent de la puissance de calcul informatique pour résoudre des problèmes mathématiques. Le premier qui y parvient obtient le droit de valider un groupe de transaction au sein d’un bloc. Ce bloc ainsi validé est ajouté aux autres tel le maillon d’une chaîne. D’où le terme de chaîne de blocs, ou blockchain.

En récompense, les mineurs reçoivent une quantité définie d’Ethers. Pour rentabiliser leur activité, les mineurs vendent régulièrement ces Ethers. Cela crée une force vendeuse constante. Si elle n’est pas compensée par une force acheteuse au moins équivalente, le cours baisse.

Ethereum a récemment entamé sa transition l’algorithme de consensus appelé le proof-of-stake. Celui qui valide un bloc est élu en fonction de la quantité d’Ethers qu’il a verrouillés sur la blockchain. Ce procédé est beaucoup moins coûteux et énergivore pour les mineurs. La pression vendeuse devrait donc s’atténuer dans les prochains mois.

L'avenir du cours de l'Ethereum

Le cours de l’Ethereum est essentiellement influencé par l’adoption de sa blockchain. De nouveaux acteurs ont émergé sur le terrain des blockchains d’infrastructure. On peut citer Cardano, la Binance Smart Chain et les projets Avalanche et Solana. Malgré une forte concurrence, Ethereum reste la plus utilisée malgré des frais très élevés. Son ancienneté et la quantité d’applications décentralisées qu’elle héberge lui apporte une avance certaine sur les « Ethereum killers ».

Nous avons vu plus haut qu’Ethereum passerait dans les prochains mois en proof-of-stake. Cet algorithme de consensus est beaucoup plus économique, écologique et scalable que le proof-of-work. On peut supposer que ce nouveau procédé accroîtra encore son adoption, et donc le cours de l’Ethereum.

Entre les Ethereum killers et l’Ethereum 2.0, l’avenir de la blockchain de Vitalik Buterin est évidemment incertain. Il vous faudra diversifier vos sources et faire vos recherches avant de décider d’y investir ou non.

Le meilleur moment pour investir dans l’Ethereum ? 

Parce qu’il est impossible de prédire l’avenir, il n’y a pas de meilleur moment pour investir sur un actif. Sauf à dire qu’il faut l’acheter bas et le revendre haut…

Puisqu’il n’y a pas de meilleur moment, nous vous conseillons d’opter pour la stratégie du Dollar Cost Average (DCA). Cette technique consiste à acheter de manière programmée et régulière un montant défini. Ce procédé permet de lisser le prix d’acquisition et donc de limiter l’impact d’une baisse brutale.

Est-il trop tard pour investir dans l’Ethereum ? 

La blockchain Ethereum est comme un ordinateur universel qui permet à des milliers de développeurs de construire des applications décentralisées. Elle a permis de faire émerger des secteurs tels que la DeFi ou les NFT. On peut imaginer qu’ils ne seront pas les derniers tant l’écosystème est riche. L’Ether attire par ailleurs de plus en plus d’institutionnels qui y investissent pour la réserve de valeur qu’il apporte.

En parallèle, ses concurrents sont de plus en plus nombreux et affichent des caractéristiques toujours plus impressionnantes. Malgré cela, Ethereum reste et demeure leader sur le marché des blockchains d’infrastructure.

Alors, Ethereum sera-t-il « tué » par ses concurrents ou parviendront-ils à coexister ? L’avenir nous le dira… 

Quelle est la valeur de l’Ethereum aujourd’hui ?

Depuis le début de l’année, le cours de l’Ethereum ne cesse de croître puisqu’il a progressé de plus de 750%. Il est en effet passé de 500$ à près de 4 900$ en novembre dernier. Au moment de la rédaction de ces lignes, un Ether s’échange contre environ 4 500 $.

Conclusion

Tout comme celui de Bitcoin, le cours de l’Ethereum varie en fonction de l’offre et de la demande. Son prix s’établit sur les plateformes de marché où elles se rencontrent. Dans le secteur des cryptomonnaies, Il est important de toujours prendre du recul pour éviter la panique, ou l’euphorie. A posteriori, on peut dégager des tendances haussières (les bull run) et baissières (le bear market).

Alors que la concurrence n’a jamais été aussi forte, Ethereum est en pleine transition vers un protocole plus efficace. Cela suffira-t-il à le maintenir en situation de leadership ? Les institutionnels croient que oui et accumulent toujours plus d’Ethers.

Des indicateurs qui semblent aller dans le bon sens pour Ethereum. Attention toutefois à mesurer les risques et l’incertitude d’un secteur encore neuf. 

En France, le statut de PSAN (prestataire de services sur actifs numériques) délivré par l’Autorité des marchés financiers, vous permet de choisir une plateforme en toute confiance. Si vous souhaitez en savoir plus sur le compte BYKEP, n’hésitez pas à consulter notre article ici

Shopping Basket