Le cours de l’Ethereum en temps réel

Comme n’importe quel actif financier, le prix de l’Ether est défini par l’offre et la demande. Elles se rencontrent sur les places de marchés où il est échangé.
Plus la demande croît, plus le prix augmente. A l’inverse, lorsque la demande baisse, le prix diminue. Le saviez-vous : le marché des cryptos est le seul qui ne ferme jamais !

Pourquoi le cours de l’Ethereum varie-t-il ?

L’Ether : le carburant de la blockchain

A l’inverse de Bitcoin, l’Ether peut être émis nombre illimité. Sa valeur dépend de son degré utilisation sur la blockchain Ethereum.

Tout comme Bitcoin, la blockchain Ethereum est utilisée pour effectuer des paiements de façon sécurisée et décentralisée, mais pas seulement. Elle est pensée comme un ordinateur sur lequel des développeurs du monde entier peut développer des application décentralisées (des dApps). Ces dernières s’exécutent de façon autonome et ont besoin de « carburant » pour fonctionner : l’Ether. Il est reversé aux mineurs qui valident les opérations.

Lorsque la blockchain est saturée, les mineurs (ceux qui allouent de la puissance de calcul pour faire fonctionner le réseau) demandent plus de « carburant », de gas. Ainsi, il est possible de définir le niveau d’Ether pour que l’opération soit traitée en priorité. 

xEn résumé : plus les dApps sont utilisées, plus l’Ether est consommé et plus sa valeur augmente.

Et sur le long terme ?

Le cours de l’Ether n’a cessé d’augmenter à mesure que sa blockchain était utilisée. De quelques dollars à près de 4 000$ à son maximum, son prix s’est fortement apprécié ces dernières années. L’émission de centaines de tokens dits ERC-20 ainsi que l’enthousiasme suscité par les protocoles de Finance Décentralisée (DeFi) et les œuvres d’arts numériques (NFTs) font de la blockchain Ethereum le leader dans son domaine.

Aussi, le changement de règles de consensus passant du proof-of-work (preuve de travail) au proof-of-stake (preuve d’enjeu) attire de nombreux investisseurs qui croient au potentiel de cette transition.

En quoi Ethereum est-il différent de Bitcoin ? 

Bien qu’ils présentent de nombreuses caractéristiques similaires, Bitcoin et Ethereum visent des objectifs bien différents.

Les points communs :
Bitcoin et Ethereum sont des actifs numériques disposant de leurs propres blockchains : des cryptomonnaies.A ce jour, elles fonctionnent toutes deux grâce à la preuve de travail, c’est-à-dire que des personnes allouent de la puissance de calcul pour faire valider les transactions qui y transitent.

Les différences :

A l’inverse de Bitcoin, le nombre d’Ether n’est pas limité. Ainsi, une quantité d’Ether est générée à chaque validation de blocs à raison de 2 Ethers par bloc, soit environ 5 millions par an. Mais la plus grande différence entre Ethereum et Bitcoin réside dans les objectifs pour lesquels ils ont été développé.L’objectif de Bitcoin est de faciliter de transactions pair-à-pair : un moyen d’envoyer de l’argent de façon sûre, peu coûteuse et décentralisée.

L’objectif d’Ethereum est de créer un écosystème favorable et adapté aux besoins des développeurs du monde entier qui souhaitent construire des applications décentralisées.

 

Investir dans Ethereum en 2021

Les applications décentralisées, ou « dApps »

 

Quel avenir pour Ethereum ?

Ethereum est aujourd’hui le leader du marché en termes de développements et de projets innovants, de volume de marché ou d’utilisation pour les entreprises. Grâce à ses smart contracts (des programmes informatiques qui s’exécutent de façon autonome sur une blockchain), il attire des institutionnels tels que l’entreprises d’audit EY ou encore la banque européenne d’investissement (BEI) qui l’utilise pour émettre ses obligations.

Pourtant, Ethereum est régulièrement victime de son succès. Lorsqu’elle est saturée, les mineurs qui valident les transactions deviennent gourmands demandent une commission en Ethers toujours plus importante. Par exemple, en avril 2020 derniers il n’était pas rare de devoir payer plus de 50 dollars pour valider une transaction sur la Uniswap.Depuis 2017 et les premiers cas de congestion de la blockchain Ethereum, de nombreux concurrents se sont lancés dans la bataille en espérant ravir des parts de marché.

Certains s’y sont essayé sans succès, c’est notamment le cas des blockchains EOS et NEO. Plus récemment, la blockchain du leader mondial Binance, la Binance Smart Chain (BSC), propose des services tout à fait identiques à ceux fonctionnant sur Ethereum (DeFi, NFTs…) avec des coûts de fonctionnement bien moins importants. On peut également citer les blockchain Cardano, Solana ou encore Elrond qui, à coût de marketing et de communication, ne cesse de se prévaloir de caractéristiques toujours plus concurrentielles (nombre de transactions par minute, coût moyen de transaction, nombre de validateurs…).

Conscient de ses axes d’amélioration et d’une concurrence féroce, les développeurs d’Ethereum ont d’ores et travaillent d’ores et déjà sur de nouvelles versions du protocole plus scalable, moins coûteuses et plus écologique : Ethereum 2.0.Ethereum 2.0, une transformation plus qu’attendue.

Actuellement, Ethereum fonctionne comme Bitcoin pour valider les blocs contenant les transactions : avec un algorithme de consensus appelé proof-of-work (preuve de travail). Il consiste pour les « mineurs » à allouer de la puissance de calcul informatique pour résoudre des problèmes informatiques très complexes. Le premier qui y parvient obtient le droit de vérifier et valider le bloc et, ainsi, le droit de recevoir des Bitcoin en récompense. Cet algorithme nécessite une dépense énergétique importante.

De façon à résoudre ce problème énergétique et à éviter cette mise en concurrence des mineurs qui les incite à faire grimper les frais, Ethereum a lancé sa transition pour passer à un algorithme de consensus dit de proof-of-stake. Pour faire simple, les transactions sont validées par des utilisateurs choisis aléatoirement en fonction de la quantité de cryptomonnaie possédées. Cet algorithme est plus écologique car il réduit le coût en électricité qui découle du processus de minage et donc son impact environnemental. Il permettra également une baisse drastique des frais de transaction et une meilleure scalabilité.

Tout savoir sur l' Ethereum

Qu’est-ce-que le l’Ethereum ?

Ethereum est une blockchain publique décentralisée créée par le russo-canadien Vitalik Buterin et lancée en 2015. 

Elle possède sa propre cryptomonnaie, l’Ether (ETH) mais sert également de plateforme pour de nombreux autres tokens.
Conçue comme un ordinateur mondial, la blockchain Ethereum permet également l’exécution de contrats intelligents, les « smart contrats ».

Cet ordinateur est toujours allumé, très sécurisé et totalement transparent. Il permet à des milliers de développeurs du monde entier d’écrire et d’utiliser du code informatique en open source pour développer des applications décentralisées (les dApps) qui résistent à la censure, aux temps d’arrêt et à la fraude.
 

Acheter de l' Ethereum de trois façons

 

 Par carte bancaire dès 20€
 Dans +30 000 points de vente
 Par virement bancaire

L'actu Ethereum

Cours de l’Ethereum, comment évolue-t-il ?

Cours de l’Ethereum, comment évolue-t-il ?

15 juillet 2021 BYKEP ACADEMIE, Ethereum

Cours de l'Ethereum : comment évolue-t-il ? L’Ether est la cryptomonnaie native de la blockchain

De quelle manière miner de l’Ethereum ?

De quelle manière miner de l’Ethereum ?

15 juillet 2021 BYKEP ACADEMIE, Ethereum

Comment miner de l'Ethereum (ETH) ? L’Ethereum et la seconde blockchain la plus célèbre après