Ce fonds d'investissement appuyé par l'UE investit dans les actifs numériques

Ce fonds d’investissement appuyé par l’UE investit dans les actifs numériques

Source: iStock/richterfoto

Un fonds appuyé par des organismes de l’Union Européenne (UE) tels que la Banque Européenne d’Investissement (BEI) et la Commission Européenne participera au financement d’un projet « spécialisé dans les technologies blockchain » qui « investira dans des actions traditionnelles ainsi que dans des jetons logiciels et autres actifs numériques. »

Dans un communiqué de presse, les opérateurs du Fonds Européen d’Investissement (FEI), ont déclaré avoir accordé un financement de 30 millions de dollars, avec le Luxembourg Future Fund, lors de la première clôture d’une initiative dirigée par Fabric Ventures. Ce dernier a été décrit comme un « fonds de capital-risque basé en Europe dont la mission principale est de soutenir les fondateurs de l’économie ouverte à travers le monde », ainsi que comme le « premier fonds soutenu par le FEI mandaté pour investir dans les actifs numériques ».

Parmi les bailleurs de Fabric Ventures (130 millions d’USD au total) figurent de grands noms de l’espace crypto, notamment le responsable du Digital Currency Group, Ledger, Galaxy Digital de Mike Novogratz, etc.

La BEI détient plus de 61 % des actions du FEI, selon son site Web, la Commission européenne, près de 31 % et le reste est détenu par des « institutions financières d’États membres de l’UE, du Royaume-Uni et de la Turquie. »

Le FEI a ajouté que le fonds « investira dans des actions traditionnelles ainsi que dans les jetons logiciels et d’autres actifs numériques natifs de ces nouveaux réseaux et applications collaboratives. »

Un porte-parole a expliqué :

« Tous ces éléments sont sous-tendus par la conception récente de la rareté numérique et donc de la propriété. Les fondateurs de l’économie ouverte ont fréquemment pour objectif de fournir des solutions à bon nombre des défis fondamentaux de l’humanité. »

La Commission européenne semble avoir fait tout son possible pour sévir contre les cryptomonnaies ces dernières années. La possibilité que des organes de l’UE soutiennent un fonds qui effectue des achats cryptos tels que Bitcoin (BTC) et Ethereum (ETH) semble au mieux fantaisiste – mais la nature vague de termes comme « jetons logiciels » et « actifs numériques » signifie que la situation n’est peut-être pas ce qu’elle semble être.

« Nous investissons dans des actifs numériques qui sont une composante nécessaire de cette nouvelle vague de réseaux numériques décentralisés pour encourager la bonne gouvernance, la contribution des ressources du côté de l’offre, la participation des utilisateurs et bien plus encore dans les années à venir. Investir directement dans des jetons ciblant un cas d’utilisation lié au profit pécuniaire est hors de portée du fonds », a déclaré Richard Muirhead, associé de Fabric Ventures, à Cryptonews.com.

Quoi qu’il en soit, Fabric Ventures dispose d’antécédents clairement liés à la crypto. Précédemment appelée Firestartr, elle a investi dans des entreprises comme Polkadot (DOT), Sorare, le géant américain crypto Coinbase et le développeur d’Axie Infinity, Sky Mavis. Elle a également investi dans Tagomi et Bitstamp et a acheté des BTC et des ETH.

Le directeur général du FEI, Alain Godard, a déclaré :

« Ce partenariat vise à répondre à ce besoin et à débloquer des opportunités de financement pour les entrepreneurs actifs dans le domaine des technologies blockchain – un domaine d’une importance stratégique particulière pour l’UE et notre compétitivité sur la scène mondiale. »

Comments are closed.